Nantes – Nevers 1

priorité-aux-vélosNevers – St Pierre des Corps

Je suis partie de Nevers le mardi 2 où j’ai pris un premier train pour St Pierre des Corps. J’y ai rencontré une famille originaire de Die qui allait à Rennes pour visiter la Bretagne (à vélo). On avait tous des bécanes chargées à bloc et ils m’ont gentiment aidée à passer d’un quai à l’autre vu que la gare de St Pierre des Corps n’est pas équipée de plan incliné (il y a une vague glissière – ce qui est mieux que rien, je le concède – impossible à prendre avec un vélo muni de sacoches). Nous n’avions que 10 minutes pour faire le transfert et nous retrouver sur l’autre quai et la mère de la famille flippait grave sa race que le train (celui dans lequel nous étions) soit en retard vu qu’apparemment, cette ligne est coutumière du fait.
En fait, tout s’est bien passé ! Restait l’histoire de la place des vélos dans le train qui devait nous emmener à Nantes. Sur le quai, nous n’étions pas moins de 14 cyclistes et nous n’en menions pas large ! Les cyclistes du cru, eux, affichaient un air goguenard face à nos préoccupations de débutants… Et pour cause !

St Pierre des Corps – Nantes

Quelle n’a pas été notre surprise en découvrant le service grand luxe que la SNCF déploie sur la ligne St Pierre des Corps – Nantes. Comme quoi il est tout à fait possible – quand on s’en donne les moyens – de développer un VRAI service pour les cyclistes (on en a un peu marre des 3 pauvres places pour vélo qu’on trouve habituellement dans les TERs (et je ne parle évidemment pas des places en TGV vu qu’il est difficile de commenter un truc qui n’existe carrément pas)). Mais revenons à la ligne St Pierre des Corps – Nantes : un wagon est dédié au transport des vélos où un monsieur très gentil déploie une glissière, vous échange votre vélo contre un numéro et va le placer dans un emplacement dédié (sans les bagages que vous devez garder avec vous) et vous, vous allez vous asseoir dans un autre wagon. A chaque gare, les cyclistes font la queue pour récupérer leur vélo et hop ! Alors pas d’emballement tout de même, les locaux nous ont dit que ça n’existait que l’été – il ne faudrait quand même pas que trop de monde prenne l’habitude de combiner vélo + train, ça ne ferait pas assez de pollution, de stress et de morts sur la route.

Nantes – Ste Luce sur Loire

Arrivée à Nantes aux alentours de 20 heures, j’ai mis le cap sur Sainte Luce sur Loire où emportée par le vent, j’ai loupé le camping et fait 15 bons km de trop. J’ai donc rebroussé chemin pour arriver au camping Belle Rivière où j’ai reçu un super accueil avec un verre de l’amitié et un porte-clé boussole en cadeau (si, si !!) :-). J’ai passé une très bonne première nuit – à part que le seul briquet dont je disposais a fini sa vie dans la moutarde (je ne sais toujours pas comment) – et suis repartie le lendemain matin assez tôt.


J’ai décidé de noter les campings où j’ai dormi histoire de vous donner une idée de ce qui pourrait vous attendre si toutefois vous vous y arrêtez un jour. Donc :

Camping Belle Rivière à Ste Luce sur Loire : 4,5/5. Accueil chaleureux, sanitaires hyper propres, et pas de bruits de voiture vu que c’est au bord de la véloroute. Prix de la nuit pour un.e cycliste, son vélo et sa tente : 9,81 euros. Autant vous dire que je vous le recommande vivement.


Ste Luce – Angers

Ma première vraie journée de vélo a été un vrai régal : vent dans le dos, piste plate et revêtement hyper bon. Du coup, j’ai été beaucoup plus rapide que prévu et suis arrivée à 12h30 là où j’imaginais camper (à proximité d’Ingrandes). J’ai déjeuné sur le bord de la Loire et du coup, j’ai appelé un copain qui habite à Angers avec sa chérie et avec qui on avait convenu de se retrouver le lendemain pour boire un verre avant que je ne reparte sur la route. Il ne restait que quelques dizaines de km jusqu’à Angers. J’ai donc passé la soirée et la nuit chez eux. Heureuse coïncidence vu qu’il a plu à peu près toute la nuit ! Il y a des fois, j’ai vraiment de la chance !

Le lendemain matin, le ciel était gris mais il ne faisait pas froid : le temps idéal pour faire du vélo.

Sauf que…

Je vous raconterai la suite dans la semaine si je trouve le temps.

les vacances

marie_monte_dans_le_trainles_vacances

Bonsoir les poulets,

Puisqu’enfin cela semble de saison, parlons des vacances !
Ça coûte cher les vacances.  Ça coûte cher de voyager. Enfin, c’est ce que tout le monde dit !
Tout dépend des vacances et du type de voyage, en fait. Si vous partez à l’autre bout du globe dans des hôtels avec des étoiles, évidemment, ça coûte cher. Et pis si vous prenez ces avions et tous leur kérosène, on peut dire que ça coûte cher à l’environnement, aussi…

Je voyage peu, je n’aime pas trop rester longtemps loin de chez moi, rapport à mes chats. Cet été, comme tous les ans (presque tous les ans), je prévois un petit voyage à vélo. L’année passée, j’avais partagé l’aventure avec mon amoureux. Nous avions fait Nevers-Faux la Montagne et retour, au mois de juin. J’en avais chié des ronds de chapeaux, parce que même s’il m’attendait tout le temps parce qu’il est mignon, mon chéri est en forme et moi, beaucoup moins, surtout depuis que mon genou gauche a percuté une voiture et s’est tout tordu sur la gauche, comme un idiot.

Cette année donc, comme je le disais à l’instant, j’ai décidé de voyager seule et comme j’habite au bord d’une vélo route (la numéro 6), je me suis dit que ce serait bête de ne pas en profiter. Donc, je vais mettre mon vélo dans le train jusqu’à Nantes et puis, je vais revenir à vélo, en longeant la Loire, tranquillou, parce que je suis une vieille personne. Je dormirai en camping (sous ma tente) ou chez l’habitant (en couchsurfing), histoire de rencontrer des gens quand même.

Voici mon budget :
billet de train : 56 euros
hébergement : 70 euros (ça, c’est si je passe toutes mes nuits en camping, sinon, ce sera moins)
bouffe et bière du soir (espoir) : 50 euros
bidules et trucs : 30 euros

Ça fait 206 euros pour 9 jours de voyage et de souvenirs précieux, mes poulettes.

Et bien moi, je trouve que ce n’est pas très cher.

ça, c’est fait

ça_c_est_fait

Bon ben ça y est, je suis rentrée. Et j’ai encore tous mes membres et toutes mes dents.

Comme prévu, rien ne s’est passé comme prévu ! Je n’ai pas eu d’ennui mécanique (juste un tout petit problème de dérailleur réparé en 5 min), je n’ai pas eu d’accident et je ne me suis pas faite attaquée par un chien. En plus, j’ai avancé beaucoup plus vite que je ne le prévoyais (de l’ordre de 65 à 70 km par jour au lieu de 50).

Par contre, j’ai eu quelques moments d’intense solitude, j’ai parfois dormi dans des endroits improbables et j’ai rencontré des gens super gentils tout le long du chemin.

J’aurais bien voulu vous mettre quelques photos du voyage mais là, mon téléphone merdouille un peu. On verra ça plus tard.

Et zou alors ? Ben zou est toujours là !

 

jusqu’ici

jusqu’ici

Jusqu’ici tout va bien et ça me fait un peu flipper ma race (comme disaient les djeunes il y a au moins 5 ans – c’est dire si je suis has been).

Bon je disais que jusqu’ici tout va bien. Ça va même trop bien cette histoire (je ne suis pas vraiment sûre que le mot soit bien choisi vu qu’on ne s’est pas dit (pas encore ?) qu’on était ensemble, on s’est même dit qu’on était “pas ensemble”). On avance tout doucement, et j’aime tout ce que je découvre… Il est où le lièvre, il est où le truc qui va me ramener sur terre ?

Je ne sais pas s’il a aussi peur que moi. Je sais que pour l’instant, il aime ça autant que moi. Il veut et ne veut pas les mêmes choses que moi – c’est moyennement clair comme phrase mais pourtant c’est bien ça que je veux dire.

Par exemple, je ne veux pas l’exclusivité (j’en ai à peu près rien à foutre qu’il couche avec d’autres filles ou pas) mais je ne veux pas que pour ça, on arrête de se voir.

Ça m’agace d’aimer être avec lui – enfin, ça me fait peur plutôt… J’ai peur mais j’aime ça.

Bon, ce petit week-end dans les Landes loin de lui avec d’autres gens, pour faire d’autres trucs que de toucher sa peau et de respirer son odeur… Je ne pense qu’au sexe, c’est chiant !!

Je disais donc : ce week-end loin de lui va sans doute me permettre de refroidir la machine – ou pas… Mais si c’est “pas”, comment je vais faire ??

 

sur la plage abandonnée…

… par les touristes, je vais passer la journée et peut-être la nuit… en compagnie de E (oui, il faut bien que je lui donne un nom, je ne vais pas sans arrêt l’appeler le deuxième brun – ça pourrait être vexant). Mais “E”, ça ne me convient pas. Le petit nom viendra avec le temps – si on se l’accorde (le temps). On verra. Pour l’instant, c’est un jour après l’autre, un pas à la fois. On n’est pas pressé. On verra. Quand on ne se voit pas, on ne se manque pas. Pas encore ? On verra.