mon psy et le vélo

Cette nuit, j’ai rêvé de mon psy et y’avait une purée de pois de tension sexuelle… J’en suis ultra gênée parce que s’il y a bien quelque chose que je ne veux vraiment pas faire avec lui, c’est bien l’amour.

En plus, la situation était complètement conne, il me demandait si je voulais bien lui vendre mon fichier excel où j’ai listé toutes les pièces de mon vélo ainsi que leur prix respectif et mon matériel de voyage.

Alors moi, je lui disais comme ça que non, je n’allais pas lui vendre mais lui donner le fichier. Il en était tout émoustillé et puis là, il s’installe devant mon ordi. Du coup, je dois me mettre derrière lui pour utiliser la souris et retrouver le fichier dans l’ordi. Et c’est là que je suis troublée… Bon, dans mon rêve, il ne se passe rien de plus mais quand même, ça craint.

C’est vraiment n’importe quoi ! Comment je vais faire pour le regarder dans les yeux, moi, la prochaine fois que je vais le voir ?

Bref, ça m’a fait penser que cette liste d’équipements que j’emmène quand je voyage à vélo, il faut que je vous la donne (vu que je dois le faire depuis août, il serait temps).

Alors la voilà, avec mes commentaires puisqu’au fur et à mesure des voyages, la liste rétrécit (mais comme je prends toujours des trucs “au cas où”, elle est quand même longue).

PS : et la réponse à la question posée par l’image est : moi !

mange, prie, aime

mange_prie_aime

Ouais… Vous avez sans doute vu ce film (je l’ai vu et ne l’ai pas trouvé très bon mais bon, là n’est pas le propos).

Je ne ressemble pas franchement à Julia Roberts (nan je vous jure, même de loin, on ne peut pas nous confondre) et du coup ma vie ne ressemble pas vraiment à un film sentimental.

Ma version à moi est présentement : dors, ramasse du pipi et du vomi (quand ce n’est pas du caca) et remercie yoyo pour ses cadeaux pourris.

1. je dors, je dors, je dors… Je ne sais pas d’où ça vient mais je n’arrête pas de pioncer (sauf évidemment quand je vais boire des coups dans un certain bar où se trouve un certain nouveau serveur dont je ne connais même pas le prénom – je vous avais prévenu que je parlerai toujours de mes histoires sentimentales imaginaires – la seule chose que je crois savoir de lui c’est qu’il a 44 ans – crotte de bique, plus vieux que moi, c’est assez rare pour le signaler)

2. ma blanchette est de plus en plus sénile et pisse immanquablement à proximité de la litière mais pas DANS la litière et fait caca pareil, et pis pour que ce soit plus drôle la totalité des chats dégueule à qui mieux mieux… beurk, ça me dégoute, je passe ma vie à ramasser des trucs dégueux et à laver partout (quand je ne dors pas ou n’admire pas le nouveau serveur de ce fameux bar où je vais souvent – et si ça se trouve, il est con comme ses pieds)

3. yoyo me couvre littéralement de cadeaux en tout genre mais surtout du genre pourri. Ce matin y’avait ça dans une de mes savates :

cadeau_yoyo

Je me dis que je vais le déposer sur le comptoir de ce fameux bar devant le nouveau serveur. Si ça se trouve, il va comprendre le message. J’ai jamais essayé comme méthode de drague (il faut dire que je n’ai jamais essayé aucune méthode de drague), celle-ci en vaut peut-être bien une autre (comme celle qui m’a été conseillée par une copine (écrire mon prénom et mon numéro de téléphone sur une serviette et lui donner en partant), que j’ai eu l’idiotie de répéter à une autre copine et que cette écervelée a bien failli mettre en pratique pour moi (faut dire qu’elle était un peu pompette) – je l’ai stoppée juste à temps – bon finalement, elle n’est pas si écervelée que ça, en fait…). Il est beau quand même, il a plein de tatouages sur un bras (et peut-être ailleurs) et si ça se trouve, il est con comme la lune.

La lune ? La lune !! Mais oui, ça doit être la lune…

Putain de merde, ma vie  est un soap…

la loose…

bref-capote3000-blancIl y a quelques jours, j’ai décidé de remplacer la moquette cracrabeurkdégueu de ma chambre par un sol en vinyle, style lino.

Bref, ce n’est pas du tout de ça dont je veux parler. Il a fallu que je déplace (et du coup j’en ai profité pour trier un peu) tout ce qu’il y avait dans ma chambre. Et z’avez quoi ?

J’ai retrouvé cinq capotes qui seront périmées en juillet 2013.

On est en juillet 2013, ça veut dire que ces maudites capotes sont là depuis trop longtemps..

Des volontaires ??

L’été sera chaud, l’été sera chaud !!

 

 

j’ai du retard…

pregnant

j’ai du retard

Avec zou, on a fait une connerie… pas une connerie d’ado (grands dieux, je n’aurais jamais fait ça quand j’étais ado !!). On a fait une connerie de grandes personnes. Et du coup, j’ai du retard.

Bon en fait, le risque était à peu près calculé vu que j’en étais au 28ème jour de mon cycle et que j’étais, comme qui dirait, dans la phase où j’attendais mes règles d’une minute à l’autre ; je flippais même que ça arrive pendant l’acte… Mais depuis, rien de rien de rien…

Je suis quand même un peu allée à l’école et je sais que l’ovulation est censée se produire autour du 14ème jour du cycle (si, si !!) et que là, on était loin. Mais bon, faut aussi mettre dans l’équation le fait que j’ai eu cet été des problèmes hormonaux qui ont engendré des cycles complètement irréguliers (43 jours, 14 jours, 39 jours…). Mais depuis, tout allait bien : je suis allée voir une spécialiste (professeure et tout et tout) et après un petit traitement, tout est rentré dans l’ordre…

Et donc, de deux choses l’une : ou je suis enceinte ou mes problèmes hormonaux recommencent (périménopause même si la gynéco m’a dit que non ??).

Et si je suis enceinte, il va falloir que je fasse un choix : avorter ou non ! Et là, c’est le drame : tout se bouscule dans ma tête. Vous savez ce que je pense de la maternité… Vous savez que je ne veux pas d’enfant et que depuis mes 20 ans, je n’en ai JAMAIS voulu.

OK ! Mais je n’arrête pas d’y penser, là. Je me dis que c’est sans doute ma dernière “chance” d’avoir un enfant (je vous rappelle que je me rapproche dangereusement des 42 ans). D’un autre côté, est-ce qu’on fait un enfant pour ce genre de raison ? La plupart d’entre vous me diront : beuh non, on fait un enfant parce qu’on s’aime et qu’on dégouline de l’envie de se reproduire. Ouais, sauf qu’en vrai, je crois que la plupart des gens poursuivent également d’autres buts (en plus ou à la place des premiers) : avoir quelqu’un qui s’occupera d’eux quand ils seront vieux (enfin, si tout se passe bien dans le monde de Oui Oui), laisser une trace de leur passage sur Terre (?), perpétuer la lignée familiale (ça, c’est drôle !), toucher les allocs (ça, c’est moins drôle)… Et bien sûr, pour d’autres raisons hautement respectables telles que repeupler la Terre (qu’en a bien besoin vu qu’on est bientôt 7 milliards), transmettre des valeurs à un enfant et lui permettre de grandir et de devenir un être humain heureux et épanoui (et là, je m’inscris en faux messieurs mesdames : y’a pas besoin de faire des gosses pour ça, y’en a déjà plein des tout faits qui ne demandent que ça)…

Bref, je m’arrête là parce que ça ne résout pas mon problème. Zou “n’est pas prêt” et je ne suis pas prête à élever un enfant seule (parce qu’étant donné notre situation que je ne développe pas mais si vous avez suivi et que vous êtes un peu malin, ce n’est pas très difficile à comprendre). Je ne suis pas prête, donc. Quoique… Et si, moi aussi, j’avais envie de tout ça (cf. toutes les raisons non citées ci-dessus) ? Et si moi aussi, je me sentais légitime et capable d’élever un enfant ? Et si j’en voulais de cet enfant ? Et si je commençais à imaginer ma vie avec ce futur incertain ? Et si c’était une fille ? Et si c’était un garçon ? Comment je l’appellerai ? Est-ce qu’il aurait ses yeux ? Est-ce qu’il aurait ma bouche ? Et il aurait quelle couleur ? Et, et…

Purée de pois, tout ça pour 3 jours de retard ? M’est avis que ça cache un truc… Non ?

ça s’en va et ça revient

ça s’en va et ça revient

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de ma vie sexuelle et amoureuse. Bon ! Autant le dire tout net, avec zou, on se voit en pointillés très très espacés. Au début, je voulais le voir plus souvent mais ce môssieur est très occupé.

Du coup, j’en ai pris mon parti et me voilà donc de retour dans ma vie de célibataire – presque endurcie.

Vendredi, je suis allée à une grosse fête au Garage Moderne, j’ai dansé comme une folle et croisé deux ou trois jeunes hommes très agréables à regarder et il m’est venu des envies…

En fait, zou m’a fait pas mal de bien finalement. Il m’a aidé à entrouvrir une porte que j’avais refermée depuis longtemps – sexuellement parlant. Petit retour en arrière, j’ai 14 ou 15 ans. Je couche à peu près avec tous les gars qui me plaisent, et parfois à plusieurs en même temps. J’aime qu’on me regarde, je me donne assez facilement en spectacle. On est une bande de jeunes, on découvre la sexualité, on aime ça. A notre époque, on ne parle pas encore du SIDA, juste des bébés mais pour éviter les bébés, on a la pilule. Ce n’est pas glauque, ça ne ressemble pas à de grosses partouzes toutes pourries entre vieux blasés de tout. On est jeunes, on est beaux, on en profite.

Je sais que certain(e)s d’entre vous seront sans doute choqué(e)s et rétrospectivement, je le suis aussi parce que 14 ou 15 ans, c’est jeune, très jeune même. Mais bon, je ne vais pas refaire l’histoire, j’ai eu l’adolescence que j’ai eu, point barre.

Après ces quelques années (jusqu’à 16 ans environ), je suis rentrée dans les ordres (comprendre = j’ai rencontré mon premier Lui) et tout ou presque s’est arrêté. Sexuellement, c’était le néant total, je n’aimais même plus faire l’amour… J’avais fini par croire que j’étais devenue frigide mais non en fait, la suite a démenti cette stupide idée – et entre parenthèses : j’ai arrêté de danser et pris 12 bons kilos artistiquement disposés sur mes hanches. J’étais triste et moche mais je l’aimais. J’étais conne aussi.

Rupture, et après quelques mecs sans importance (faudrait quand même qu’un jour je vous parle de Simplet), rencontre avec le deuxième Lui. Avec celui là, pas de problème d’orgasme avorté. Tout roulait, on était très en phase. Je croyais que j’avais atteint le summum de ma maturité sexuelle même si je savais bien que quelque chose me manquait. En fait, Lui n°2 me respectait beaucoup et cela l’empêchait de m’accompagner dans des secteurs de la sexualité que je voulais explorer à nouveau (ben oui, parce que depuis mes 16 ans, ça commençait à faire un bail).

Zou m’a donné ça… Et je lui ai donné aussi quelque chose… Mais zou est un môssieur très occupé ! Alors, je vais aller voir d’autres môssieurs et des jeunes aussi parce qu’il n’y a pas qu’un seul poisson dans la mer…

Il est grand temps que je m’occupe de nouveau sérieusement de ma vie sexuelle !