au coin du feu

Aujourd’hui va y avoir, non pas du sport (référence à une vieille chanson des années 90), mais du son.

Au tout début du mois de février, j’ai été invitée par Stéphane Ebel pour parler de mon livre au coin du feu (c’est le titre d’une émission qu’il anime sur BacFM, une radio neversoise bien connue ici).

En fait, on a parlé de plein de choses : de vélo évidemment, de musique (un peu), de consommation, de gilets de toutes les couleurs, de mon prochain projet d’écriture…

J’ai vraiment passé un très chouette moment. Ce billet me donne l’occasion de remercier très fort Stéphane, Lætitia (l’ingénieure du son) et Catherine pour leur accueil très chaleureux en ce froid matin d’hiver (c’était avant la vague de chaleur).

Vous pouvez écouter et télécharger le podcast si vous avez envie (l’émission dure une petite heure). Les autres podcasts de la radio sont là.

Bonne écoute.

Au coin du feu, avec Stéphane Ebel.

les vacances

marie_monte_dans_le_trainles_vacances

Bonsoir les poulets,

Puisqu’enfin cela semble de saison, parlons des vacances !
Ça coûte cher les vacances.  Ça coûte cher de voyager. Enfin, c’est ce que tout le monde dit !
Tout dépend des vacances et du type de voyage, en fait. Si vous partez à l’autre bout du globe dans des hôtels avec des étoiles, évidemment, ça coûte cher. Et pis si vous prenez ces avions et tous leur kérosène, on peut dire que ça coûte cher à l’environnement, aussi…

Je voyage peu, je n’aime pas trop rester longtemps loin de chez moi, rapport à mes chats. Cet été, comme tous les ans (presque tous les ans), je prévois un petit voyage à vélo. L’année passée, j’avais partagé l’aventure avec mon amoureux. Nous avions fait Nevers-Faux la Montagne et retour, au mois de juin. J’en avais chié des ronds de chapeaux, parce que même s’il m’attendait tout le temps parce qu’il est mignon, mon chéri est en forme et moi, beaucoup moins, surtout depuis que mon genou gauche a percuté une voiture et s’est tout tordu sur la gauche, comme un idiot.

Cette année donc, comme je le disais à l’instant, j’ai décidé de voyager seule et comme j’habite au bord d’une vélo route (la numéro 6), je me suis dit que ce serait bête de ne pas en profiter. Donc, je vais mettre mon vélo dans le train jusqu’à Nantes et puis, je vais revenir à vélo, en longeant la Loire, tranquillou, parce que je suis une vieille personne. Je dormirai en camping (sous ma tente) ou chez l’habitant (en couchsurfing), histoire de rencontrer des gens quand même.

Voici mon budget :
billet de train : 56 euros
hébergement : 70 euros (ça, c’est si je passe toutes mes nuits en camping, sinon, ce sera moins)
bouffe et bière du soir (espoir) : 50 euros
bidules et trucs : 30 euros

Ça fait 206 euros pour 9 jours de voyage et de souvenirs précieux, mes poulettes.

Et bien moi, je trouve que ce n’est pas très cher.

le coup (le coût ?) de la barquette

le poulet (version plage)

le coup (le coût ?) de la barquette

Mes petits poulets et poulettes, aujourd’hui, on parle de vous !! Woui, woui… enfin pas exactement de vous, vous, mes poulets !

Alors voilà, il y a un exercice que j’adore faire avec les stagiaires qui suivent mes formations et que j’appelle, le coup (coût ?) de la barquette !

Je leur demande d’amener avec eux l’emballage du plat tout préparé qu’ils ont mangé le midi (en le réchauffant au micro-ondes). Et l’exercice commence. Il consiste à lire la liste des ingrédients et à calculer combien ce plat (en respectant strictement la recette du fabricant) nous coûterait si on le faisait nous-mêmes.

La semaine dernière, nous avons commencé par une barquette de poulet au riz accompagné de sa sauce à la crème et au champignon. Z’êtes prêts ?

Cette barquette de 300 gr a coûté 2 euros. Elle contenait 100 gr de riz cuit. Pour obtenir 100gr de riz cuit, il faut environ 30 gr de riz cru. Nous avons estimé que cette ENORME quantité de riz coûtait 23 centimes (si on prend du riz bio à 7,66 euros le kilo). On est bon pour le riz. Passons au poulet maintenant. Oui je sais mes petites poulettes, certains humains vous mangent, c’est moche ! La barquette contenait 13% de poulet c’est-à-dire exactement 39 gr de poulet. Euh non en fait, ce n’était pas exactement du poulet. Quoi ? Comment ça ? Le poulet c’est pas du poulet ? Mais qu’est-ce que ça veut dire enfin ? On nous ment, on nous spolie !!

Woui, woui, marie, on nous spolie mais calme toi donc, tu me fais flipper là.

Reprenons : le poulet était composé (oui vous, quand vous achetez du poulet ben il est composé de 100% de poulet mais chez Bidule Machin Chouette, ils le, eux, fabriquent !). Donc, le poulet était composé de poulet (ouf) d’amidon de tapioca, de dextrose et de sel. Par contre, la proportion d’amidon et de dextrose par rapport à celle de poulet n’était pas indiquée. Nous (les stagaires et moi) comme on ne met pas d’amidon de tapioca ni de dextrose quand on cuisine, on s’est dit qu’on allait calculer comme si c’était du vrai poulet, 100% poulet. Lorsqu’on achète un poulet bio, on le paie max 12 euros le kilo, ce qui nous fait 47 centimes pour notre plat.

Passons à la sauce maintenant : crème et champignons, miam, miam. Champignons : 2,6% du poids ce qui signifie 7,8 gr. Oh ben là d’un coup, chuis déçue ! Un kilo de champignons bios coûtant environ 10 euros, ça nous fait 8 centimes. On rajoute une cuillère de crème et une cuillère de vin blanc qu’on a estimé à 7 centimes le tout (en bio)! On a dit une cuillère de chaque parce que les quantités exactes n’étaient pas notées sur l’emballage.

Ah j’oublais la ciboulette : 0,3% du total, le sel (encore) le poivre et une lichette de beurre : 5 centimes !!

Et voilà, on est bon ! Et ça nous fait (roulement de tambour) : 90 centimes ! Le tout en bio, mes poulets !

Ah mais crotte de bique, ça ne va pas du tout ! Nous avons oublié de compter la maltrodextrine, l’arôme naturel (de quoi ? on ne sait pas), l’amidon transformé de riz (l’amidon de tapioca ne suffisait pas, sans doute) et deux ou trois E-kekchoses (avec des chiffres derrière) qu’on n’a pas su identifier !

C’est sûr que si on le fait nous-mêmes, il faut rajouter le coût de la cuisson et le temps mis à préparer mais je ne sais pas pour vous mes poulettes et mes poulets, moi je préfère passer un peu de temps dans ma cuisine et manger des vrais trucs pour moins cher que de la chimie en barquette pour le double du prix.

Non ?

la tomate est ton amie

tomate

la tomate est ton amie

Bonjour petit poulet et petite poulette,
Le sujet du jour c’est tandan…. la tomate !

Tu ne le sais pas encore mais la tomate est ton amie. Jamais elle ne te trahira, jamais elle ne te laissera sur le bord du chemin et même mieux, grâce à elle, tu peux changer le monde.

Euh, non en fait tu ne peux pas !

Nan mais Marie, tu déconnes ! Tout ça dans une tomate ? Tu es tombée sur la tête ou bien ?

Je vais te dire un secret, petite poulette : je ne parle pas d’une vraie tomate mais d’un objet en forme de tomate que tu trouveras peut-être dans ta cuisine : un minuteur !

Faut que je te raconte : il y a bien longtemps dans des temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… Non en fait, ça date d’il y a peu de temps mais un gars dont je ne me souviens plus le nom et qui cherchait désespérément à augmenter sa concentration. Ben oui le pauv’ poulet, vu qu’il passait son temps sur facebook, sur les sites de jeux ou à zapper toutes les 3 secondes devant sa télé, il était devenu branque et totalement incapable de focaliser son attention plus de 2 minutes…

En cherchant à droite et à gauche, il est tombé sur tout un tas d’articles qui parlaient de comment ça marche l’attention dans la tête des poulets et des poulettes. Il n’a pas tout vu, il n’a pas tout lu, vu qu’il était incapable de se concentrer longtemps mais il a quand même fait une découverte INCROYABLE. L’attention fluctue au cours de la journée et pis en plus, on ne peut pas la maintenir plus d’une demi-heure sans être happé.e par autre chose. Alors une demi-heure, c’est la moyenne quand tu as un petit peu l’habitude. Certains poulets ne parviennent même pas à tenir plus de 5 minutes, à lire un mail en entier etcaeteri etcaetera.

Mais ô miracle, poulets, poulettes, l’attention ça se travaille.

Et Marie est là pour te parler de ça et du minuteur en forme de tomate du gars perdu. C’est simple et ça marche pour tout un tas d’activités – surtout celles que tu évites comme : faire le ménage, travailler tes maths, rédiger ce rapport de screugneugneu… j’en passe et des meilleures.

Poulet, poulette, la prochaine fois que tu freines des 4 fers pour pas faire un truc qui te saoule ou dont tu as peur, tu prends ta petite tomate-minuteur et tu la programmes sur 10 minutes. C’est peu mais il vaut mieux commencer petit. Tu prends ton courage à deux mains et pis tu fonces sur le balai, sur ton livre de math, sur ton pc. Et pis après 10 min – dring dring – tu prends 3 minutes de pause (pas 12 hein, 3 !). Peu à peu, tu augmenteras la durée mais attention, tranquille, ne va pas te fouler un œil non plus ! Pour l’instant, tu restes à 10 minutes.

Et hop, après tu renquilles sur un cycle : tâche / pause, tâche / pause, tâche / pause jusqu’à ce tu en aies vraiment marre.

Quand tu te seras entraîné.e, tu pourras augmenter jusqu’à atteindre 25 minutes de tâche qui fait beurk ou qui fait peur alternées avec 5 min de vraie pause pendant lesquelles tu fais complètement autre chose. C’est là que tu peux aller sur facebook ou appeler ta mamie poulette, manger une banane ou faire le poirier.

Promets-moi d’essayer poulet ! On ne sait jamais, ça pourrait marcher.
Et au fait, poulette, je réponds aux questions dans les commentaires !

la magie de noël

wampasnoel

Ce soir, ce soir c’est Noël, les étoiles brillent dans le ciel
Ce soir, ce soir c’est Noël
C’est Noël

Ben non mon petit poulet et ma petite poulette, ce soir c’est pas Noël. On est en plein mois d’avril.

Et ben c’est quand Noël ? Noël, c’est le 24 décembre, tout le monde le sait.

Ah ? Y’a quelque chose que je ne comprends pas alors. Pourquoi, tous les ans, quand c’est Noël, les gens sont étonnés que ça leur coûte de l’argent ? On dirait que ça les prend par surprise cette histoire de Noël. Alors du coup, ils n’ont pas de sous, ils font des crédits, ils passent l’année à rembourser et l’année d’après, rebelote. ça les reprend par surprise clac comme s’ils savaient pas que ça allait arriver réellement .
Et pof le 30 novembre c’est la panique. Alors ils font des crédits, pis ben ça recommence, pffff

Mais poulet, poulette, ce n’est pas une fatalité, tu peux faire autrement.
Tu vois là par exemple, au milieu du mois d’avril, tu prends une boite, une enveloppe, un cabas, ce que tu veux et hop, tu mets un petit sou dedans. Et pis la semaine prochaine (par exemple, le lundi mais ça peut être le dimanche), hop, tu mets un petit sou dans ta boite.

Petit calcul. Si tu mets comme ça 2 euros par semaine en commençant aujourd’hui. A Noël, tu auras 72 euros. C’est pas assez ? ben mets 5 euros alors. A Noël, tu auras 180 euros. Et si c’est toujours pas assez, tu mets plus. Et pis si des fois tu peux pas, ben tu mets moins. Mais mets toujours quelque chose (imagine combien tu pourrais avoir si tu avais commencé en janvier… waouh)

Il te coûte combien ton crédit ? Combien tu rembourses tous les mois pour le Noël de l’année dernière, ou pour ta nouvelle télé, ta wouature ???

Fais-moi plaisir petit poulet et petite poulette, essaie de mettre un petit peu dans ta boite chaque semaine, toujours le même jour. Une petite somme, juste pour essayer.

Ce soir ce soir c’est Noël, les étoiles brillent dans le ciel

mange la pomme, mange

pomme_blanchneige

mange la pomme

Les poulets et les poulettes, il faut que Marie vous parle.
Wwoui aujourd’hui c’est lundi et Marie vous parle des sous !

En flânant sur internet comme ça, un jour, je suis tombée sur un truc à peine croyable. J’ai cru que c’était un article du Gorafi et pis non, même pô.

Maintenant, vous pouvez acheter une pomme coupée en quatre dans un sachet plastique et une atmosphère “contôlée”.

Hein, non mais c’est quoi cette connerie euh cette bêtise je voulais dire. Une pomme coupée en quatre dans un sachet plastique avec des produits chimiques pour pas qu’elle s’oxyde.

Non mais on se fiche de nous les poulets et les poulettes.

Ouais euh , c’est quand même vachement pratique. euh…

Comment ça pratique ? Ben euh tu vois euh quoi, t’as pas besoin de couteau.

Parce que toi, t’as pas de dents ? C’est bien ça, tu n’as pas de dents ou alors t’es con. Une pomme ! UNE POMME ! Tu me dis que c’est compliqué d’emmener une pomme avec sa petite peau de pomme dans ton sac, dans la poche de ton blouson, dans ta sacoche !

Mais ça va pas, non ?
et pis leur saloperie de plastique après, t’en fais quoi ? parce que le trognon d’une pomme entière, au pire tu peux le jeter par terre dehors. Ca va pas polluer, c’est une pomme, c’est naturel mais le plastique, d’où qui vient, où qui va ? Tout ça, quoi !!

Et le coup de grâce c’est le prix de ta belle pomme coupée en 4 avec des produits dedans pour la conserver comme au premier jour. Elle te coûte 1 euro et des poussières. C’est pas cher un euro ! C’est vrai c’est pas cher un euro. Tu sais combien ça coûte un kilo de pommes normales avec leur petite peau de pomme ? Genre des bios, t’en as pour allez soyons fous 2,50 le kilo (et ça c’est si tu ne sais pas te débrouiller pour trouver les bons producteurs dans ton petit marché, dans ton petit quartier). Mais pour 2 euros 50, t’en a plusieurs des pommes, genre, t’en as 5 ou 6.

Petite pause calcul mental : 2 euros 50 divisés par 6, ça fait 42 centimes la pomme.

Fais moi une promesse petit poulet ou petite poulette : n’achète pas leur fruits et légumes épluchés, lavés et découpés, vendus dans du plastique sous atmosphère contrôlée.

C’est à force de faire des choix comme ça que tu perds tes précieux petits sous…

Courage les poulets et les poulettes, nous vaincrons.