au coin du feu

Aujourd’hui va y avoir, non pas du sport (référence à une vieille chanson des années 90), mais du son.

Au tout début du mois de février, j’ai été invitée par Stéphane Ebel pour parler de mon livre au coin du feu (c’est le titre d’une émission qu’il anime sur BacFM, une radio neversoise bien connue ici).

En fait, on a parlé de plein de choses : de vélo évidemment, de musique (un peu), de consommation, de gilets de toutes les couleurs, de mon prochain projet d’écriture…

J’ai vraiment passé un très chouette moment. Ce billet me donne l’occasion de remercier très fort Stéphane, Lætitia (l’ingénieure du son) et Catherine pour leur accueil très chaleureux en ce froid matin d’hiver (c’était avant la vague de chaleur).

Vous pouvez écouter et télécharger le podcast si vous avez envie (l’émission dure une petite heure). Les autres podcasts de la radio sont là.

Bonne écoute.

Au coin du feu, avec Stéphane Ebel.
Partager cet article

4 réflexions sur « au coin du feu »

  1. Beaucoup d’endroits ont leur radio “bien connue ici”. Il y a aussi des personnes “bien connues ici” ; serais-tu, à Nevers, l’une d’elles ?

    • Hi, hi ! Non, je ne suis pas du tout une personne bien connue ici mais j’en connais, par contre. Je crois que je ne suis bien connue nulle part – je ne reste jamais assez longtemps quelque part pour le devenir et mes actions ne sont sans doute pas très reconnaissables. 😉

  2. Soit j’avais oublié, soit j’ai découvert dans cette émission radiophonique, le sujet de ton prochain livre. Pour son écriture, est-ce que tu ne vas parler que du passé, ou est-ce que tu as un cobaye actuellement à l’étude ?

    • 😀
      Heureusement, même si l’idée m’est venue en pensant à mon expérience personnelle, je ne vais pas baser le bouquin dessus (il serait un poil bancal). Mais pour avoir une réponse à ta deuxième question… il va falloir que tu attendes un peu (t’as vu comme je tease !) et même que tu vas sans doute en tomber de ta chaise (si tu es assis évidemment). Et que je retease avec une augmentation de la tension dramatique, en plus.

Les commentaires sont fermés.