vas donc, espèce de xanthome !

Photo d'un xanthome au coude.

Ceci est un xanthome. On est d’accord : c’est moche !!

Et vas-y, espèce de xanthome !!

Comme je ne sais pas ce que ce mot signifie, il faut que j’ouvre mon dico préféré et qu’est-ce que je trouve ?

Ça : “Affection cutanée caractérisée par de petites taches ou de petites nodosités dures, jaunâtres, à évolution très lente, qui se produisent en certains points du corps. ” Et finalement, je crois que ça sonne bien comme insulte polie. Je crois même que je vais l’adopter pour réagir face aux automobilistes indélicats (au moins, ça les fera peut-être réfléchir).

 

PS : j’ai pris beaucoup de retard dans le jeu mais il faut dire qu’en ce moment, mon amoureux est chez moi et donc…

 

 

objectif 2018

on_my_wayobjectif 2018

Je devrais de nouveau pouvoir écrire régulièrement ici (et ailleurs) – enfin, au moins pour quelques temps.

Alors voilà, j’ai un nouvel objectif de vie (waouh, ça paraît bien ça !!). Je ne sais pas trop encore comment l’atteindre (vu qu’en plus “atteindre cet objectif” sera en fait le début de kekchose et pas la fin – je sais, c’est compliqué).

Bon bref, la seule chose que je sais c’est que pour l’instant, je dois considérer trois trucs très importants : mes sous, ma santé et mes compétences.

1. je vais devoir me serrer bigrement la ceinture pendant ces quelques années – c’est-à-dire que je vais devoir mettre en place des stratégies pérennes (j’aime bien ce mot) pour à la fois gagner des sous sans me vendre au premier venu comme je l’ai fait jusqu’à maintenant (la soumission et la souffrance au travail ne passeront plus par moi, promis juré craché) et pour en dépenser encore moins que maintenant.

2. mon genou gauche n’est pas sorti d’affaire et sera toujours fragile vu que je n’ai plus de ligament croisé antérieur et que mon ménisque est désormais orné d’une belle fissure (je ne sais même pas si ça se colmate une fissure du ménisque).

3. je vais devoir me former à deux/trois petites choses (^_^) qui me seront très utiles chemin faisant (pour l’instant je n’en dis pas plus)

Du coup, je pense que ce blog va se transformer !! Bien sûr, je parlerai toujours de mon nombril et de mes histoires sentimentales, quelques fois imaginaires, souvent platoniques, et plus rarement de fesses… Je parlerai de moi donc mais à travers le prisme de cet objectif à atteindre.

C’est quoi cet objectif ? Ben c’est secret… mais je suis sûre que vous trouverez au fur et à mesure. Je suis plutôt transparente comme fille, non ?

ça, c’est fait

ça_c_est_fait

Bon ben ça y est, je suis rentrée. Et j’ai encore tous mes membres et toutes mes dents.

Comme prévu, rien ne s’est passé comme prévu ! Je n’ai pas eu d’ennui mécanique (juste un tout petit problème de dérailleur réparé en 5 min), je n’ai pas eu d’accident et je ne me suis pas faite attaquée par un chien. En plus, j’ai avancé beaucoup plus vite que je ne le prévoyais (de l’ordre de 65 à 70 km par jour au lieu de 50).

Par contre, j’ai eu quelques moments d’intense solitude, j’ai parfois dormi dans des endroits improbables et j’ai rencontré des gens super gentils tout le long du chemin.

J’aurais bien voulu vous mettre quelques photos du voyage mais là, mon téléphone merdouille un peu. On verra ça plus tard.

Et zou alors ? Ben zou est toujours là !

 

mon pauv’ yoyo

pauv_yoyo

Cela faisait deux jours que mon pauv’ Yoyo se traînait comme une loque. Il ne mangeait presque plus et passait sa journée à dormir, en couinant dès que je le touchais.

Au début, sa truffe était seulement irritée mais ce matin, ça a empiré. Du coup, direction la clinique vétérinaire. Il me faisait pitié dans le tram tout apeuré mon pauv’ pépère.

Après m’avoir sermonné parce que je ne l’ai pas fait vacciné – je ne fais pas vacciner mes chats parce que j’ai connu beaucoup de familles de chats dans ma vie et les seuls qui tombaient systématiquement malades (style typhus ou sida des chats) étaient tous vaccinés – pas que je veuille dire que le fait de ne pas les vacciner les protège, non, mais vu que les faire vacciner ne change rien, je ne vois pas l’intérêt de le faire – bref, digression terminée ; la véto donc (la remplaçante du véto en fait), me dit qu’il a une sacrée hernie ombilicale vu qu’elle met carrément le doigt dedans. Oui madame, je sais madame, il est né avec mais arrêtez nom de nom de dieu de nom de trifouiller mon chat madame. Non mais !! Et pis d’abord, je ne suis pas venue pour ça et non, je ne tiens pas à le faire opérer. La truffe, je suis venue pour la truffe, madame.

Bon, c’t’idiot bête de chat curieux comme une pieuvre (j’ai appris récemment que les pieuvres étaient particulièrement curieuses) a sûrement fourré sa truffe dans un nœud de chenilles processionnaires.

Déjà qu’elles nous font chier les chenilles processionnaires à coloniser toutes les forêts de pins (et par chez moi, y’en a de la forêt de pins), si elles se mettent à attaquer mes chats, là, je dis stop, faut prendre des mesures.

Résultat des courses :

– 2 piqûres dans le cul

– antibiotiques et désinfection + pommade pendant 8 jours

– ça fera 75 euros 10 madame.

Merci les chenilles !!

 

sur le départ

Bon les amis, je suis sur le départ. Du coup, je ne vais pas pouvoir lire ni répondre aux nombreux commentaires drôles et attachants que vous ne manquerez pas de me laisser.

Je vous embrasse de loin (chuis toujours enrhumée et ça m’embêterait de vous contaminer).

Juste un truc, hier j’ai acheté des espadrilles et ça m’a rappelé ça :

Et du coup, je ne peux pas m’empêcher d’en rajouter une couche :

Et pis une autre :

 

je pue

je_pue

Et ben voilà, je suis malade depuis hier matin : j’ai ce qui ressemble à une angine.

Je peine à déglutir, j’ai des points blancs au fond de la gorge et mal aux reins… Bref, c’est pas malin vu qu’il faudrait que je sois en forme parce que je pars jeudi.

En même temps, y’a pas mort d’homme… Je me bourre d’ail et de propolis. Ce qui fait que – du coup – je pue ou plus exactement je pue de la peau (rapport à la transpiration puisque j’ai aussi un peu de fièvre et qu’en plus il fait chaud) et je pue de la bouche (ce qui risque de repousser les vampires – c’est donc grandement utile – mais aussi les garçons et ça je m’en passerais bien si c’était possible). Bref je pue.

 

 

prendre le temps de faire les choses

prendre_le_temps

Avec les nombreux ponts et le solde des congés que je devais poser avant le 31 mai, je m’habitue doucement à ma future condition de sans-réveil. A l’heure où j’écris ces lignes, il me reste en tout et pour tout 5 jours de travail. Et c’est marrant comme je ne conçois plus du tout les choses comme avant. Le mois dernier encore, mes activités personnelles et quotidiennes s’intercalaient comme elles pouvaient entre mes jours de boulot… Depuis début mai, c’est exactement le contraire et c’est super chouette !!

Moi qui suis toujours ultra speed et stressée – j’ai toujours l’impression que je vais être en retard, que je n’aurais pas le temps, que je ne parviendrais pas à rattraper le lapin blanc – je m’habitue doucement à reprendre le contrôle de mon temps, à faire les choses une par une…

Ma journée et ma semaine sont rythmées par mes activités quotidiennes et par la météo. J’ai repris des plaisirs oubliés et parmi eux, la lecture à haute dose, à raison de plusieurs heures par jour. J’ai l’impression de me reconnecter à la vraie vie, celle qui s’écoule en dehors des impératifs dictés par d’autres personnes…

Un copain m’a écrit qu’on s’habituait très vite à cette absence de contraintes. Et je veux bien le croire. Avoir des contraintes que l’on choisit (endogènes donc) et des obligations imposées par des personnes qu’on estime même pas (exogènes), ça n’a rien à voir ! Je suis en train d’expérimenter les premières et effectivement, déjà que j’étais plutôt du genre indépendante, là je crois que je vais passer un sacré cap. Je ne parviens pas à trouver un mot qui veut dire plus qu’indépendante mais qui ne rejette pas les autres pour autant. Si vous avez ça dans votre besace, je suis preneuse.

Bref, en parlant de contrainte choisie, j’ai décidé de relancer mon défi blog à partir du 1er juin avec un article par jour pendant 6 mois – et comme la première fois, je ne vous promets pas le grand soir mais juste à manger et à boire, un peu de pain et de chaleur…blablabla Vous connaissez la suite.

Oh, un rayon de soleil, je vous laisse : il faut absolument que je sorte pour en profiter…

30 questions en passant

30_questions

Cette liste de 30 questions vient du blog The Life List, blog qui m’a attirée immédiatement au vu de mon attrait indéfectible pour les listes (mais aussi pour la vie).

Et vu que je ne suis pas capable d’écrire autre chose en ce moment (une personne chère est en train de vivre un drame – un vrai – et je n’arrête pas d’y penser), voici mes réponses à ces 30 questions. Vous pouvez vous amuser (??!!) à y répondre dans les commentaires ou sur votre blog, si vous en avez un et si ça vous tente :

1. Quel âge auriez-vous si vous ne saviez pas quel âge vous avez ? j’aurais 25 ans mais comme c’est l’âge que j’ai en vrai… du coup, ce n’est pas du jeu (^_^)
2. Puisque nous passons notre temps à dire que la vie est trop courte, pourquoi faisons nous tant de choses que nous n’aimons pas faire ? parce qu’on est con idiot
3. Si le bonheur était la monnaie nationale, quel job vous rendrait millionnaire ? quand je serai grande, je serai cycliste-chanteuse-jardinier-prof-chercheure-écrivaine-lectrice et ce n’est pas de ma faute si ce boulot n’existe pas
4. Si la durée de vie moyenne d’un être humain devenait 40 ans, que changeriez vous à la façon dont vous vivez aujourd’hui ? ben rien parce que je serais déjà morte – en vrai, j’arrêterais de travailler immédiatement
5. Vous souciez-vous plus de bien faire les choses ou de faire les bonnes choses ? de bien faire les choses, je n’ai jamais su ce que c’étaient “les bonnes choses”
6. Si vous pouviez donner un conseil unique à un nouveau né, quel serait-il ? aime, aime, aime, n’arrête pas d’aimer ; y’a que ça qui compte
7. Tueriez-vous pour éviter la mort d’un être aimé ? oui, je crois que j’en serais capable mais en vrai je ne sais pas
8. Si vous deviez obligatoirement aller vivre dans un autre pays, lequel serait-ce et pourquoi ? le Bhoutan parce que c’est le pays du bonheur mais en vrai ce serait plutôt la Californie sauf qu’en fait, je n’en ai aucune idée
9. Quelle chose rêvez-vous de faire par dessus tout ? Pourquoi ne pas l’avoir fait ? y’a des tonnes de choses dont je rêve ; certaines sont en route, et pour les autres, je suis vrillée par la peur
10. Vous arrive-t-il de pousser le bouton de l’ascenseur plusieurs fois d’affilée ? Pensez-vous vraiment que cela serve à quelque chose ? oui, non
11. Vous souciez-vous d’avantage pour un génie ou pour un simplet ? pour un génie, parce que personne ne se soucie d’eux
12. Êtes-vous le genre d’amis que vous aimeriez avoir en ami ? oui parce que j’aime qu’on me parle sans détour et non parce que je ne sais pas serrer les gens fort dans mes bras
13. Préfèreriez-vous perdre tous vos souvenirs ou être incapable d’avoir de nouveaux souvenirs ? joker
14. Est-ce que vos plus grandes peurs se sont déjà réalisées ? certaines oui, malheureusement
15. Vous êtes-vous déjà retrouvé avec quelqu’un sans dire un mot, et vous être dit en rentrant chez vous que vous veniez d’avoir la meilleure conversation de votre vie ? oui
16. Quand vous êtes-vous senti le plus passionné et vivant au cours des 12 derniers mois ? Pourquoi ? quand je désherbe (je sais, c’est con), quand je chante très fort et quand je danse à perdre haleine ; pourquoi ? parce que, dans ces moments-là, je m’oublie tout en ayant l’impression d’être vraiment moi (je sais, c’est très bizarre)
17. Pourquoi les religions, fondées sur l’amour, sont-elles l’objet de tant de guerres ? parce que les plus abrutis d’entre nous dirigent le monde
18. Si vous gagniez un million d’euros aujourd’hui, quitteriez-vous votre job ? oui, mais je le quitterais même sans million
19. Aimeriez-vous avoir moins de travail, ou avoir plus de travail que vous aimez ? plus de travail que j’aime
20. Avez vous l’impression d’avoir déjà vécu cette journée une centaine de fois ? oui mais parce que là, je suis au boulot
21. A quand remonte la dernière fois ou vous vous êtes aventurés dans l’inconnu avec comme seul guide une idée en laquelle vous croyiez ? en 2005, quand j’ai tout envoyé bouler pour reconstruire ailleurs
22. Si tous vos proches devaient mourir demain, qui chercheriez vous à voir en priorité aujourd’hui ? Lui, parce que c’est la personne avec qui j’ai passé le plus de temps dans ma vie et parce que c’est quand même Lui qui me comprend le mieux
23. Quelle est la différence entre « être en vie » et « vivre pleinement » ? Laquelle de ces deux définitions vous correspond le mieux ? je ne sais pas
24. Pourquoi avez-vous si peur de faire une erreur puisqu’il semblerait que nous sommes capable d’apprendre de nos erreurs ? j’ai de moins en moins peur…
25. Qu’aimez-vous ? Quand avez-vous, de par vos actions, exprimé cet amour récemment ? j’aime certaines personnes, j’aime le soleil, j’aime des tas de petites choses sans importance ; et quand ? hier, ce matin, souvent en fait
26. Vous rappellerez-vous de ce que vous avez fait aujourd’hui dans cinq ans ? Et de ce que vous avez fait hier ? Et avant-hier ? d’hier oui parce qu’un évènement tragique s’est produit
27. Qui serez-vous dans cinq ans ? Pourquoi ne pas être cette personne dès aujourd’hui ? je serai moi et je le suis déjà
28. Qu’est-ce qui fait battre votre cœur ? L’avez vous fait aujourd’hui ? l’amour fou parce que je veux sentir mon cœur battre trop fort ; et non, je ne l’ai pas vécu aujourd’hui
29. Que risquez-vous à plaquer tout une partie de votre vie demain ? rien, d’ailleurs, je vais le faire
30. Etes-vous heureux ? Pourriez vous l’être plus ? oui ; oui, à chaque fois que je décide de chaque minute de mes 24h quotidiennes

…et pourquoi je mets des photos de hippies pour illustrer ce post ? ben parce qu’à chaque fois que je pense au bonheur, je le pense comme ça…

 

courageuse mais pas téméraire

courageuse_pas_temeraire

 

Ayé, j’ai pris une décision mais pas encore THE BIG DECISION ! Non, je suis courageuse mais pas téméraire, donc pour l’instant c’est une moyenne décision.

J’ai fait mes comptes dans un sens puis dans l’autre et puis je les ai refaits encore un coup.

J’ai mis des trucs d’un côté de la balance, pis j’en ai mis d’autres de l’autre côté. Et pis j’ai recommencé… plusieurs fois. Bizarrement, ça penchait toujours largement du côté gauche… Et au fur et à mesure des pesées, je me sentais de plus en plus légère mais je ne parvenais toujours pas à la prendre c’te purée de pois de décision.

Je me suis dit que les dés pourraient peut-être m’aider (^_^), je me suis même demandé si les astres pouvaient pas faire quelque chose pour moi… Bon, finalement ils pouvaient pas vu qu’ils sont très occupés en ce moment avec les élections qu’approchent.

Alors j’ai décidé d’écouter ma petite voix qui se planque généralement dans le fond de moi-même et qui crie le même message depuis des mois et des mois…

Mais qu’est-ce qu’il se passe-t-il donc ?

Vous le saurez le 29 février. Ce n’est que le début… mais il faut bien commencer quelque part.

 

notre chouette système de santé

chouette système santé

Il est temps pour moi de conclure cette année avec mon dernier article de décembre qui porte sur notre chouette système de santé.

Voilà, il y a quelques semaines j’ai du appeler les pompiers pour quelqu’un qui se trouvait chez moi, un soir vers 22h. Je n’ai pas du tout envie de vous expliquer le pourquoi et le comment ni même le quoi parce que 1. c’est beaucoup trop triste et 2., c’est beaucoup trop tôt pour que je puisse en parler avec détachement.

Revenons au coeur de l’histoire : puisque la seule personne que mon ami connaissait à Bordeaux c’était moi, j’ai laissé mes coordonnées et les pompiers m’ont dit que l’hôpital m’appellerait le lendemain pour me tenir informée de la suite des opérations.

Sauf que ça ne s’est pas passé tout à fait comme ça.

A 2h du matin, le téléphone a sonné et une “charmante” personne m’a dit qu’il fallait que je vienne chercher le monsieur parce qu’il était “sortant”. Quand je lui ai dit, que je n’avais pas de voiture et que j’habitais assez loin des Urgences, elle m’a rétorqué que je n’avais qu’à me débrouiller parce que l’hôpital n’avait pas les moyens de garder les gens toute la nuit. Je re-précise donc les choses avec elle : cette personne que l’hôpital veut mettre dehors est donc nu-pied, en pyjama, sans argent, sans même les clés de chez lui, a été hospitalisé en urgence quelques heures auparavant à la suite d’un gros problème de santé, il est 2 h du matin et ils vont le jeter dehors. Elle a acquiescé en me disant que peu importe, si je ne venais pas dans l’heure, il se retrouverait avec les autres.

Du coup, j’ai pris un taxi (25 euros) et suis allée aux urgences. Quand je suis arrivée, c’était la cour des miracles : il y avait des sdf un peu partout autour de l’entrée (certains avec des bandages, d’autres non). Ce devait être, eux aussi, des “sortants” mais comme ils n’avaient personne à appeler ni nulle part où aller, ils se retrouvaient là, comme des chiens (je précise que la température était inférieure à 5° et qu’il pleuvait).

Alors là, je dis merci à notre président et à l’ensemble du gouvernement pour ce qu’ils ont fait de notre système de santé. Notre beau pays développé et à la pointe de la technologie est devenu incapable de garder une nuit entière des personnes admises aux urgences alors même qu’elles ne tiennent même pas debout toutes seules. Ben oui, parce que le médecin m’a bien dit lorsque j’ai récupéré mon ami qu’il fallait que je veille sur lui. En effet, il pouvait de nouveau faire une crise n’importe quand dans les prochaines 24h ; dans ce cas, je devais rappeler le Samu (c’est chouette, non ?).

Merci nicolas, passe une bonne année, meilleurs voeux et surtout la santé, hein, parce que la santé c’est important !!!