coup de mou : 0 – marie : 1

Me revoilà revenue des ténèbres. Purée de pois : je viens de vivre un sacré coup de déprime. J’avais tous les symptômes pourris de la grosse dépression : palpitations cardiaques (et des fourmis dans le bras gauche, en prime), mal au sternum (mon diaphragme était bloqué), le moral au plus bas, impossible d’arrêter les phrases qui tournaient en boucle dans ma tête, je ne dormais presque plus… Mais tout ça, sur 3 ou 4 jours seulement (rien à voir avec la vraie dépression). Non, juste un gros coup de mou.

J’en suis sortie comme j’y suis entrée, presque sans m’en rendre compte : j’avais rendez-vous avec deux copains pour des trucs liés à la VU (je ne sais pas si vous savez mais la Vélorution Universelle aura lieu les 5, 6, 7 et 8 juillet 2018 à Nevers – on a monté un petit groupe pour organiser tout ça mais vous en saurez plus dans les mois qui viennent) et puis avant, je suis passée boire un chocolat chaud chez un copain et une copine (en fait, ils n’avaient pas de chocolat, mais là n’est pas le propos). Quand on a fini notre mini-réunion et que je suis sortie, je me suis aperçue que, d’un coup, j’avais recommencé à respirer normalement et qu’en plus, pendant genre 2 heures, j’avais arrêté de ruminer.

Dingue ! Merci.

 

 

humeur de noël

humeur_noel

La semaine dernière, je me suis collée les dents, les lèvres et la langue avec de la colle forte ! Ben oui, j’ai fait un truc dont tout le monde sait qu’il ne faut pas le faire. Je ne parvenais pas à faire sortir la purée de pois de colle (c’est le cas de le dire) du mini-tube et j’ai croqué dedans. Résultat des courses : j’en avais plein la bouche. Il a fallu que je gratte vigoureusement sous l’eau ma bouche et ma langue. L’horreur, ça saignait de partout. Quant à mes dents, depuis j’ai une pellicule de colle sur mes incisives supérieures et inférieures. La classe !

Je crois que je suis amoureuse de Michel Onfray. Non, en vrai non, mais quand même, je le trouve brillant. Ce qu’il dit raisonne en moi vu que je défends souvent avec moins d’élégance, c’est sûr (et moins de mots savants) les mêmes idées que lui.

Il ne devrait pas neiger à Noël et ça me rappelle un film ultra déprimant que j’avais vu avec un de mes ex et après lequel on a failli se pendre tous les deux à la fin (non, ça non plus ce n’est pas vrai, je ne suis pas du tout attirée par le suicide).

Je ne m’inscrirai pas sur un site de rencontre parce que :
1. j’ai déjà essayé et ça m’a bien déprimée
2. je trouve ça déprimant (je sais, je l’ai déjà dit)
3. je ne veux pas de cette sorte de sexualité où les gens (les Jean) s’utilisent les un.es les autres, sans conséquences, sans lendemain, je te prends, je te jette
4. je ne voudrais pas qu’une de mes histoires d’amour commence comme ça (chacun ses goûts)

C’est bientôt Noël, je suis seule, comme d’habitude.

ça va passer… non ?

winter

ça va passer

Autant vous dire que je ne suis pas au mieux de ma forme puisque – comme un bonheur ne vient jamais seul (et je sais que le dire va remplir d’aise mes petites tortionnaires – je pense même qu’elles vont en mouiller leur petite culotte) – ce n’est pas la joie du côté sentimental. Zou souffle le chaud et le froid. Et en ce moment, c’est le froid polaire. Alors que (comment dire ?), la seule seule dont j’ai besoin c’est d’être entourée de chaleur, de câlins et de gros poutous (parce qu’en plus évidemment je me suis tapée une grippeanginerhume – si, si , c’est possible). Mais évidemment comme ce garçon a ses humeurs, je suis assez mal barrée. Ce n’est pas vraiment le style “tendre”, ni “à l’écoute”. Il a beaucoup de qualités mais pas celles-ci. Je vous avoue que le côté chaud/froid, froid/chaud, ça commence grave à me saouler.

Passons. Pas d’inquiétude, jusqu’ici, avec mes ami(e)s, je parviens bien à donner le change. Je souris beaucoup, je danse et je parle fort.

Du coup, j’écris beaucoup plus que d’habitude en ce moment. Et là, je vais faire quelque chose que je ne fais que très rarement : recopier ici un de mes trucs qui résume bien mon état d’esprit de ce matin. Je vous préviens, ce n’est pas très gai. Mais ça va passer, c’est sûr, ça va passer – il le faut (là, je tente clairement de me convaincre moi-même). Alors y’a pas de titre, parce que ça ne mérite pas.

Envahie par le sombre
Faire comme si
Je ne sais plus pleurer
Engourdie par le froid
Fatiguée, épuisée
Je me traîne
Y’a plus rien qui brûle
M’enfouir
Arrêter la machine
C’est inhumain de vivre sans amour
Couper le moteur
Quelques fils
Laisser le temps les ronger
Ou partir d’un coup
Disparaître
Pfuit
Plus là
Plus mal
Fini

entrefilet

entrefilet

ENTREFILET, subst. masc.
Court article de journal inséré dans le reste du texte, dont il est séparé par deux filets. (définition trouvée ici).

Comment ça se passe, vous, en ce moment avec cette luminosité digne d’un pays nordique ?
Moi ça va pas, je déprime grave. Même qu’hier j’ai failli pleurer au café (je suis rentrée vite fait pour pouvoir le faire chez moi, ouf…).
De toutes les façons, je pleure tous les noëls depuis toujours alors y’a pas de raison de perdre pas les bonnes habitudes…
Mais y’a pas que ça… Y’a la solitude ! Pas la solitude du style de quelqu’un qui ne verrait personne de la journée, non ! La solitude de quelqu’un qui n’est aimé par personne, la solitude de quelqu’un qui n’intéresse personne et qui est bien obligée de faire sa maline sur internet pour croire qu’elle a sa petite importance parce que dans la vraie vie, elle ne vaut pas grand chose (n’est-ce pas Buk’ ?).
Voilà, cet entrefilet n’est pas drôle et ne m’a même pas fait tellement de bien.

Bientôt la suite de la VRAIE gazette de décembre !