mini-voyage, tour des popotes, sud-ouest me (re)voilà

Dans une vingtaine de jours, je repars pour un gros mois sur la route, histoire de faire le tour des copains et des copines. Je commencerai par une semaine en Vendée à la fin du mois puis cap sur le sud-ouest, à Bordeaux évidemment mais aussi en Dordogne pour passer une petite semaine chez mes amis septuagéniaux.

A Bordeaux, j’en profiterai pour faire une visite de contrôle du camion (avant le contrôle technique) au Garage Moderne. Peut-être (s’il fait beau, c’est même sûr) que je passerai une petite semaine sur la côte Atlantique à me saouler de soleil.

Je remonterai par Saint-Flour pour causer boulot (parce qu’en fait, je ne suis jamais vraiment en vacances) avec une copine puis je ferai une mini pause à Clermont-Ferrand avant de rentrer chez moi.

La dernière fois que je suis partie, mon « voyage » tenait plus de la fuite que du plaisir mais là, j’ai bien l’intention de m’y prendre autrement. Déjà, je ne fuis rien ni personne. Je suis plutôt très heureuse en ce moment. Après 3 mois de travail intense sur mon site pro (repositionnement, design, migration sur un autre hébergement – et oui, pour le pro, j’ai enfin quitté OVH) dans mon studio de 15m2 sous les toits, j’ai seulement envie de changer d’air !

Je dois être de retour à Nevers début juin parce que j’ai des aller-et-retour à faire à Paris (pour des rendez-vous médicaux repoussés à cause de vous savez quoi) et que j’ai 3 jours de formation prévus depuis un bail (même si officiellement, je ne fais plus de formation en présentiel, je n’ai pas pu résister aux petits yeux implorants (je rigole) d’une de mes partenaires).

J’aimerais aussi participer pour quelques étapes au Tour de France Cyclo-Naturiste qui aura lieu dès le mois de juillet mais je n’ose pas vraiment prévoir à plus de 3 mois alors, on verra comment cela se passe.

Comme vous pouvez le constater, mes ambitions voyagesques sont limitées mais je suis sûre que ça va être génial.

Cette semaine, il faut donc que je m’occupe de faire monter mon pneu tout neuf sur ma jante de secours (la mienne étant voilée et le pneu pourvu d’une hernie magnifique parce que – ça arrive – j’ai pris un trottoir). J’en profiterais pour faire les niveaux et vérifier la pression des autres pneus. Pour ce qui est du matériel à emporter, je ferai ça la semaine d’après mais cette fois-ci, je ne prendrai pas le vélo avec moi. Enfin, je dis ça là maintenant et peut-être qu’au dernier moment, je vais le prendre quand même… Je ne suis pas très catégorique.

Trois mots qui m’empapaoutent

Vous vous doutez bien que ces mots ne m’empapaoutent pas mais qu’ils m’emmerdent me saoulent. Certainement parce que je les ai trop lus et entendus, parce qu’ils sont vidés de leur sens. Et sans doute aussi parce que dorénavant, ils sont souvent – bizarrement, comme c’est bizarre… – prononcés par des personnes qui font tout le contraire de ce qu’ils annoncent.

C’est donc une sorte de palmarès rapide. J’ai échoué à les classer alors je vous les livre tout à trac.

Les co-kekchose

Co-construire, co-concevoir, co-vousmettezbiencequevousvoulezderrière… Y’a un truc corporate qui me gêne grave avec ce genre de mots. Un truc qui sonne comme le ou la manager qu’est allé.e faire un stage de reboosting et de team building et qui pense que l’emploi de ce genre de vocable fera passer la pilule du prochain renforcing du reporting…

Réenchanter

Dernièrement, j’ai essayé de lire un rapport d’un think tank. Le sujet m’intéressait vraiment mais le truc m’est littéralement tombé des yeux (et pas des mains puisque j’étais devant mon ordi – je précise pour celles et ceux qui se seraient éventuellement posé la question) tellement il était plein de réenchantements de mes fesses. C’est dommage parce que je me dis qu’il y avait peut-être des idées intéressantes dans ce rapport. Enfin, je dis dommage mais en fait, je n’y crois même pas ; je suis plutôt partisane de l’idée que les gens avaient du se sentir obligés de décorer leur rapport avec des mots à la mode tellement il devait être vide.

And the last but not least

Bienveillance

Je crois que là, je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi ça me gonfle.

Et sinon, un petit tour du côté de Franck Lepage, histoire de rigoler 5 minutes :

Sur ce, je vais aller co-laver mon linge au lavomatique, histoire de réenchanter ma penderie en toute bienveillance…

Et vous, quels sont vos trois mots insupportables du moment ?

Ecriture et architecture

Photo by Peter Herrmann on Unsplash

J’ai participé hier à un atelier d’écriture organisé par la médiathèque et le CAUE de Nevers. Si vous êtes comme je l’étais avant hier et que vous ne savez pas ce qu’est un CAUE, je vais vous expliquer ça rapidement mais le mieux, c’est que alliez visiter le site internet de la Fédération Nationale des CAUE. En gros, ce sont des architectes qui se mettent au service de tout le monde (collectivités, particuliers…) gratuitement (vu qu’ils et elles sont payé.es par ailleurs) pour conseiller les gens qui ont des projets. Les CAUE sont répartis un peu partout sur le territoire et font aussi des formations, éditent des brochures d’infos…

Voilà, maintenant vous savez tout.

Nous n’étions pas très nombreuses (deux hommes seulement sur 6 personnes donc je me permets – vu qu’ici, je suis chez moi et que je fais donc comme je veux – de féminiser le tout) et nous avons travaillé pendant un petit peu moins de deux heures.

Pauline, l’animatrice (donc j’ai oublié le nom), nous a proposé d’écrire à partir de déclencheurs (des photos, des listes de mots…). Bon, il s’agissait plus d’exercices, de jeux autour de l’écrit que d’écriture proprement dite selon moi, puisque nous n’avons pas rédigé de véritables textes. L’architecture était le thème général et nous l’avons abordé par la tangente, ce qui m’a plu parce que j’avais peur en y allant de devoir écrire des descriptions longues et rébarbatives de bâtiments modernes absolument affreux.

J’ai quand même réussi à pondre trois paragraphes de ce qui pourrait peut-être bientôt devenir une nouvelle pour ce blog. Ce n’est pas encore sûr sûr mais je crois que je tiens le début de quelque chose – la preuve en est que depuis ce matin, des phrases tournoient toutes seules dans ma tête et que, quand il y en aura trop, il faudra bien que ça sorte, nom d’une pipe !

Enfin, je dis ça mais parfois, ça se forme et si je n’ai pas le temps (pas l’énergie) de coucher les phrases sur un papier (ou plutôt dans un fichier texte), ça s’évapore et je ne retrouve rien.

C’est d’ailleurs assez chiant pénible comme truc. Et même si j’ai l’occasion de les écrire quelque part (dans mon téléphone, dans des carnets, sur des fichiers un peu partout sur mon ordi), je me retrouve avec un amoncellement de bribes de poèmes, de chansons, avec des phrases isolées ou des débuts de texte sans queue ni tête. Tout ça en vain puisque la plupart du temps, je n’en fais strictement rien comme si, une fois l’impulsion passée, ce qui me paraissait digne d’intérêt et me farcissait le crâne pendant parfois plusieurs jours d’affilée, n’était qu’une fumée sans feu, une belle perte de temps et d’énergie. Il m’arrive de retomber dessus par hasard. Parfois j’aime, parfois je déteste.

Ça vous fait ça à vous ? Et si oui, comment faites-vous pour vous en sortir, concrètement ? Acceptez-vous sagement la perte ou au contraire, vous précipitez-vous sur la moindre flammèche pour la transformer en feu de joie ?

Sinon, en ce moment j’écoute ça – j’aime beaucoup à la fois les paroles (ça résonne grave dans ma teutê :-D) et la musique :

Bon allez, je vous colle les lyrics, histoire qu’on chante toutes en cœur ! Oooooooh !

[Verse 1]
Then I hear you leave
And I’m happy
Just for a moment I’m free
Then it dawns on me

Then our time has passed
Now it won’t last

And I’m getting nowhere fast
That’s a fact

[Pre-Chorus]
Peace to the night

Saw what I was really like
Start with a kiss
End with a fight

Peace come and go
Acting like you didn’t know
That I have lost my head

[Chorus]
Oooooooh
Oooooooh

And I’ll leave
So I know that you have your doubts

Oooooooh
Oooooooh

And I’ll leave
But I swear that I’m better now

[Verse 2]
Can you honestly
Live without me?
Cause you miss the fire
You can’t disagree

[Pre-Chorus]
Peace to the night
Saw what I was really like
Start with a kiss
End with a fight

I love a fight

[Chorus]
Ooooooooooh
Ooooooooooh

And I’ll leave
So I know that you have your doubts

bonne saint-valentin, mon cœur

Je me répète sans doute mais le 14 février sera toujours pour moi, non plus la Saint-Valentin et son cortège de célébrations de l’amour en toc (je parle des injonctions commerciales, pas de l’amour) mais mon deuxième anniversaire.

Et j’accorde beaucoup d’importance (sic) aux anniversaires – aux miens et à ceux des autres. Lorsque je le peux (et évidemment si je connais la date), je fais en sorte d’envoyer un petit mot ou un petit cadeau aux personnes qui me sont chères et même à certaines autres d’ailleurs, qui sont un peu plus que des connaissances.

Cette année, je fête mes 4 ans. Mille quatre cent soixante et un jours (une seule année bissextile sur cette période) de bonus, de supplément de vie. Merci la médecine moderne, quand même.

Alors aujourd’hui, je vais fêter une très bonne Saint-Valentin à mon cœur, l’organe physique et symbolique. Celui qui me donne du courage (du cœur à l’ouvrage), qui me fait chouiner quand je lis de belles et grandes histoires d’amour, qui me retourne comme une crêpe (la chandeleur, c’est encore de circonstances, non ?) quand j’entends dire qu’on a fait du mal aux vieux, aux tout petits, aux animaux…

Mon cœur est ma plus grande faiblesse mais aussi ma plus grande force. Il m’a souvent mise à genoux et m’a souvent aussi portée plus loin sur la route. Il ne sait jamais ce qu’il veut mais il est pourtant très déterminé.

Aujourd’hui, je pense à moi et je peux affirmer que je m’aime enfin, même si c’est prétentieux, parce qu’il y a 4 ans, je me suis fait cette promesse d’essayer d’être ma meilleure amie.

Je vous bise les z’amichs…

même pas peur

Artistic work of painting representing salsa and bachata dancing croud night entertainment (source Getty images)

J’aimerais bien vous raconter mes aventures romanesques et mes amourettes sans importance mais bon, comment vous dire ça simplement : y’en a pas !

Je suis en pleine traversée du désert sentimental mais je vais plutôt bien. Comme si j’étais en train (en vrai) de me réapproprier ma vie. C’est fou parce que ça ne devrait pas. Sur le papier, ça ne paraît pas foufou : je suis de nouveau à Nevers, je suis au chômage (enfin, je ne gagne toujours plus ma vie avec mon activité professionnelle), je n’ai pas de mec et pas l’ombre d’un intérêt sexuel pour quiconque (à part pour Melvil Poupaud et Pio Marmaï mais ça ne compte pas), j’habite dans un studio de 15 m2 sans jardin, je n’ai même pas de chat et en plus, il caille grave…

Sur le papier donc, je devrais voir la vie en noir sombre. Sauf que, comment dire, je vais carrément bien. Je dirais même que j’aime de nouveau ma vie. Dingue ! J’en suis la première surprise.

La dernière fois que j’étais dans cet état mental, j’étais à Bordeaux et je vivais dans des conditions qui n’étaient pas du tout les mêmes. La seule chose en commun entre ces deux moments de ma vie, c’est que je n’avais pas de mec. Je n’irais pas jusqu’à dire que ceci explique cela mais quand même, ça me pose question…

Pour vous dire à quel point je me sens de mieux en mieux, j’ai commencé une nouvelle activité. Ça m’a pris un peu d’un seul coup. J’ai passé un coup de fil et paf ! Je me suis retrouvée le premier mercredi de janvier dans une salle avec d’autres personnes à essayer de lutter contre ma répulsion naturelle à être touchée par des gens que je ne connais pas.

Je vous vois venir : non, je n’ai pas commencé les partouzes ! En fait, depuis le 5 janvier, je passe mes mercredis soir à danser la Bachata. Et franchement, ce n’était pas gagné que j’aime ça ! Pour tout vous dire, c’était même le contraire. OK, j’adore danser depuis toujours (en soirée, je peux facilement danser pendant 2 ou 3 heures d’affilée). Mais je déteste qu’on m’impose quoi que ce soit à ce niveau, que ce soit des mains sur mon corps ou des pas imposés (je hais carrément les bals trad pour cette raison).

Donc là, on partait très très mal : c’est l’homme (ou la personne qui joue ce rôle) qui guide et qui indique à sa partenaire ce qu’elle doit faire, on danse très très (je vais en mettre un autre) très près l’un de l’autre, avec des figures très codifiées et le premier monsieur avec qui j’ai du danser s’était apparemment lâché sur les oignons et soufflait pas mal en comptant ses pas (merci le masque mais tu pourrais quand même mieux faire ton boulot, pfff). Sauf que j’y suis retournée la semaine suivante et encore celle d’après…

Je suis en plein franchissement des limites de ma zone de confort ; je suis gênée aux entournures et pas qu’un peu (genre hier soir, un gars m’a quand même dit « laisse-toi faire », ce à quoi j’ai répondu « évite de dire ce genre de choses à une femme, quand même, c’est limite ») mais quand je sors de la salle à 21h, dans le froid et la pluie, je suis heureuse.

Bon, je vous mets quand même une vidéo de Bachata (ah oui au fait, je n’aime même pas ce genre de musique) pour que vous vous rendiez compte de ce à quoi la chose devrait ressembler (bon, avec le groupe, on n’en est pas là, hein ! – on ne s’embrasse pas à la fin) :

Je mesure l’étendue des limites que je vais devoir encore franchir. Souhaitez-moi bon courage les amishes !