parfois, j’aimerais bien avoir un chien…

… mais la plupart du temps non parce que je déteste le rapport humain/chien basé sur la domination et la soumission (c’est la raison la plus importante mais pas la seule).

En fait, ce soir j’aimerais bien avoir un chien pour avoir un prétexte pour errer seule dans la ville alors qu’il vient de pleuvoir. Je voudrais bien avoir un chien à suivre alors qu’il déambule dans les rues mouillées.

Il paraît que les personnes qui possèdent un toutou tissent plus de relations sociales que les autres. Souvent, elles se promènent aux mêmes endroits et aux mêmes horaires ce qui fait qu’elles se croisent nécessairement quasiment quotidiennement.

Forcément, une sorte de connivence polie doit s’établir au bout d’un moment. Connivence qui peut déboucher sur des conversations. Conversations qui génèrent potentiellement des rencontres. Rencontres qui deviennent parfois amicales… (beaucoup de si et de conditionnel, toutefois).

Ou alors, si les cabots ne s’entendent pas, leurs désaccords sont susceptibles d’engendrer une sorte de tension chez leurs humains respectifs, voire une franche hostilité.

Je pourrais évidemment flâner seule mais souvent je ne sais pas où aller et puis, je sors toujours seule partout et dans toutes les circonstances de ma vie quotidienne. Etre accompagnée d’un petit compagnon à quatre pattes me plairait le temps de la balade. Après, je ne saurais pas quoi en faire et puis, je déteste l’odeur des chiens.

Partager cet article

2 réflexions sur « parfois, j’aimerais bien avoir un chien… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.