chacun cherche sa place dans le grand monde

Je viens de commencer ce livre de Claire Marin et ce n’est pas une coïncidence de calendrier.

être à sa place

Depuis quelques semaines déjà, la question de me fixer de nouveau quelque part occupe assez souvent mon esprit. Je ressens de plus en plus l’envie de pouvoir à nouveau jardiner, bidouiller, vivre avec des chats, coudre, paresser au soleil avec un bouquin, recevoir des gens chez moi… Mais de manière concurrente, l’envie de voyager me tenaille le ventre également.

Cela fait maintenant presque deux ans que mes petites affaires (ma machine à coudre, mes outils de jardin, mon lit, mes livres, ma belle table de travail…) sont dans un box et que je ne peux pas m’en servir. J’ai habité les 10 derniers mois (et j’habite toujours, même si en ce moment, je suis en virée dans le sud-ouest) dans un mini studio de 15m2. Je ne me plains pas ; j’aime ce tout petit bout d’appartement qui m’a permis de me reconstruire, de remettre toute ma vie dans le bon ordre, de trier le superflu de l’essentiel. Et puis habiter en centre-ville est vraiment très agréable ; j’aime sortir et croiser des voisins, discuter le bout de gras 5 minutes, me balader à pied et rejoindre rapidement ma boulangerie préférée ou la salle de sport dans laquelle je m’entraîne. C’est confortable de tout connaître autour, d’avoir le sentiment d’être une entité dans ce grand tout qu’est la ville.

Mais là, printemps oblige, je veux de nouveau faire pousser mes légumes, les mettre en bocaux pour l’hiver et en offrir autour de moi. J’ai de plus en plus besoin de vivre avec des chats, d’avoir des plantes autour de moi (je ne pourrais malheureusement pas reprendre les miennes puisque tous les gens à qui je les avais confiées les ont délaissées au point de les faire mourir…), de bricoler des espaces selon mes propres critères esthétiques et pratiques.

Actuellement, aucun propriétaire ne me louera quoi que ce soit puisque je n’ai pas de revenus. Mais j’ai beaucoup de chance puisque mon genou en vrac (l’assurance de l’automobiliste qui m’a renversée), plusieurs bonnes années comme formatrice indépendante (le fait que je suis peu dépensière) et mon divorce m’ont permis d’acquérir deux petits appartements (celui que j’occupe) et un autre que je loue 9 mois par an à un ou une étudiant.e. Puisque ma condition physique et mon absence de garanties m’empêchent d’emprunter de l’argent à la banque, je vais donc probablement les vendre lorsque j’aurais trouvé la petite maison aux volets bleus (ou qui le deviendront) et le jardin de mes rêves.

Photo by Ruofeng Lei on Unsplash

Le hic, c’est l’endroit – la région de France ou du monde. Je m’étais dit qu’en voyageant (je vous rappelle qu’avec le Covid, je suis restée dans l’hexagone), je tomberais dessus et que ça me semblerait une évidence (et que ça collerait avec mon tout petit budget). Mais pour l’instant, aucun tilt ne s’est fait dans ma tête. En gros en France, j’ai trois options (je ne peux pas envisager un bord d’océan mais pourtant j’en rêve) : rester dans la Nièvre où se trouvent ma famille et quelques amis, m’installer en Dordogne autour de Montpon-Ménestérol (pour les amis et la proximité avec Bordeaux) ou (et c’est nouveau), tout reconstruire dans la Brenne, une région pour laquelle j’ai eu un véritable coup de cœur dernièrement paumée au milieu de la campagne…

Mais avant toute chose, je voudrais bien partir en voyage à l’autre bout du monde pendant quelques semaines (ou mois). Je prévois (encore une fois) de décoller mi septembre de cette année. Je croise les doigts pour qu’enfin ça puisse se faire. J’ai l’intuition étrange que je ne pourrais pas prendre de décision avant. Assez chelou comme truc…

un rêve bizarre

Il y a quelques jours, j’ai fait un drôle de rêve pas drôle. J’évoluais dans de grands immeubles en verre avec des japonais (ne me demandez pas pourquoi, je vous rappelle que c’était un rêve) qui étaient mes collègues de boulot. Je ne sais pas trop ce que je faisais comme job mais ça semblait être quelque chose de répétitif sans aucun sens mais avec des responsabilités. Bref, ce n’est pas le truc qui m’a le plus perturbé.

Non, ce qui m’a posé problème, c’est la suite. A un moment, je baisse les yeux sur mon torse et là, l’horreur, je vois ma cicatrice (qui dans mon rêve n’a pas la même forme que dans la réalité – la vraie est une ligne verticale boursouflée et dans le rêve, on était plutôt sur un T formé de traits fins) se mettre à suinter du sang. Elle ne me fait pas mal mais elle saigne de plus en plus et mes collègues japonais n’arrêtent pas de m’apporter des linges de plus en plus gros pour éponger tout ce sang qui bouillonne. Et là, je me suis réveillée un peu paniquée mais ouf, ma cicatrice était tout à fait la même que la veille. Aucune trace de sang ni rien de bizarre.

Alors voilà, si vous avez des connaissances en interprétation des rêves, je veux bien que vous me donniez des pistes.

En y repensant, ce rêve m’a rappelé plein de trucs et notamment un clip de Björk où on la voit écartelée sur une pierre plate, avec des trucs qui sortent de sa poitrine (je n’ai pas retrouvé le titre du morceau ; si vous l’avez, je suis preneuse). L’ambiance de ce rêve m’a également fait penser à une série que j’aime beaucoup qui s’appelle Severance.

mini-voyage, tour des popotes, sud-ouest me (re)voilà

Dans une vingtaine de jours, je repars pour un gros mois sur la route, histoire de faire le tour des copains et des copines. Je commencerai par une semaine en Vendée à la fin du mois puis cap sur le sud-ouest, à Bordeaux évidemment mais aussi en Dordogne pour passer une petite semaine chez mes amis septuagéniaux.

A Bordeaux, j’en profiterai pour faire une visite de contrôle du camion (avant le contrôle technique) au Garage Moderne. Peut-être (s’il fait beau, c’est même sûr) que je passerai une petite semaine sur la côte Atlantique à me saouler de soleil.

Je remonterai par Saint-Flour pour causer boulot (parce qu’en fait, je ne suis jamais vraiment en vacances) avec une copine puis je ferai une mini pause à Clermont-Ferrand avant de rentrer chez moi.

La dernière fois que je suis partie, mon « voyage » tenait plus de la fuite que du plaisir mais là, j’ai bien l’intention de m’y prendre autrement. Déjà, je ne fuis rien ni personne. Je suis plutôt très heureuse en ce moment. Après 3 mois de travail intense sur mon site pro (repositionnement, design, migration sur un autre hébergement – et oui, pour le pro, j’ai enfin quitté OVH) dans mon studio de 15m2 sous les toits, j’ai seulement envie de changer d’air !

Je dois être de retour à Nevers début juin parce que j’ai des aller-et-retour à faire à Paris (pour des rendez-vous médicaux repoussés à cause de vous savez quoi) et que j’ai 3 jours de formation prévus depuis un bail (même si officiellement, je ne fais plus de formation en présentiel, je n’ai pas pu résister aux petits yeux implorants (je rigole) d’une de mes partenaires).

J’aimerais aussi participer pour quelques étapes au Tour de France Cyclo-Naturiste qui aura lieu dès le mois de juillet mais je n’ose pas vraiment prévoir à plus de 3 mois alors, on verra comment cela se passe.

Comme vous pouvez le constater, mes ambitions voyagesques sont limitées mais je suis sûre que ça va être génial.

Cette semaine, il faut donc que je m’occupe de faire monter mon pneu tout neuf sur ma jante de secours (la mienne étant voilée et le pneu pourvu d’une hernie magnifique parce que – ça arrive – j’ai pris un trottoir). J’en profiterais pour faire les niveaux et vérifier la pression des autres pneus. Pour ce qui est du matériel à emporter, je ferai ça la semaine d’après mais cette fois-ci, je ne prendrai pas le vélo avec moi. Enfin, je dis ça là maintenant et peut-être qu’au dernier moment, je vais le prendre quand même… Je ne suis pas très catégorique.

Trois mots qui m’empapaoutent

Vous vous doutez bien que ces mots ne m’empapaoutent pas mais qu’ils m’emmerdent me saoulent. Certainement parce que je les ai trop lus et entendus, parce qu’ils sont vidés de leur sens. Et sans doute aussi parce que dorénavant, ils sont souvent – bizarrement, comme c’est bizarre… – prononcés par des personnes qui font tout le contraire de ce qu’ils annoncent.

C’est donc une sorte de palmarès rapide. J’ai échoué à les classer alors je vous les livre tout à trac.

Les co-kekchose

Co-construire, co-concevoir, co-vousmettezbiencequevousvoulezderrière… Y’a un truc corporate qui me gêne grave avec ce genre de mots. Un truc qui sonne comme le ou la manager qu’est allé.e faire un stage de reboosting et de team building et qui pense que l’emploi de ce genre de vocable fera passer la pilule du prochain renforcing du reporting…

Réenchanter

Dernièrement, j’ai essayé de lire un rapport d’un think tank. Le sujet m’intéressait vraiment mais le truc m’est littéralement tombé des yeux (et pas des mains puisque j’étais devant mon ordi – je précise pour celles et ceux qui se seraient éventuellement posé la question) tellement il était plein de réenchantements de mes fesses. C’est dommage parce que je me dis qu’il y avait peut-être des idées intéressantes dans ce rapport. Enfin, je dis dommage mais en fait, je n’y crois même pas ; je suis plutôt partisane de l’idée que les gens avaient du se sentir obligés de décorer leur rapport avec des mots à la mode tellement il devait être vide.

And the last but not least

Bienveillance

Je crois que là, je n’ai pas besoin d’expliquer pourquoi ça me gonfle.

Et sinon, un petit tour du côté de Franck Lepage, histoire de rigoler 5 minutes :

Sur ce, je vais aller co-laver mon linge au lavomatique, histoire de réenchanter ma penderie en toute bienveillance…

Et vous, quels sont vos trois mots insupportables du moment ?

bonne saint-valentin, mon cœur

Je me répète sans doute mais le 14 février sera toujours pour moi, non plus la Saint-Valentin et son cortège de célébrations de l’amour en toc (je parle des injonctions commerciales, pas de l’amour) mais mon deuxième anniversaire.

Et j’accorde beaucoup d’importance (sic) aux anniversaires – aux miens et à ceux des autres. Lorsque je le peux (et évidemment si je connais la date), je fais en sorte d’envoyer un petit mot ou un petit cadeau aux personnes qui me sont chères et même à certaines autres d’ailleurs, qui sont un peu plus que des connaissances.

Cette année, je fête mes 4 ans. Mille quatre cent soixante et un jours (une seule année bissextile sur cette période) de bonus, de supplément de vie. Merci la médecine moderne, quand même.

Alors aujourd’hui, je vais fêter une très bonne Saint-Valentin à mon cœur, l’organe physique et symbolique. Celui qui me donne du courage (du cœur à l’ouvrage), qui me fait chouiner quand je lis de belles et grandes histoires d’amour, qui me retourne comme une crêpe (la chandeleur, c’est encore de circonstances, non ?) quand j’entends dire qu’on a fait du mal aux vieux, aux tout petits, aux animaux…

Mon cœur est ma plus grande faiblesse mais aussi ma plus grande force. Il m’a souvent mise à genoux et m’a souvent aussi portée plus loin sur la route. Il ne sait jamais ce qu’il veut mais il est pourtant très déterminé.

Aujourd’hui, je pense à moi et je peux affirmer que je m’aime enfin, même si c’est prétentieux, parce qu’il y a 4 ans, je me suis fait cette promesse d’essayer d’être ma meilleure amie.

Je vous bise les z’amichs…