nouvelle #3

vieille photo de famille en noir et blanc
Photo by Annie Spratt on Unsplash

Cliquez ici pour lire le thème de cette troisième nouvelle du Défi nouvelles.


Evidemment, si on regardait de très très près, on pouvait voir que c’était des faux mais la vieille avait la vue basse et il était persuadé que ça passerait comme une lettre à la poste. Encore lui faudrait-il convaincre Julius d’être son intermédiaire mais ça, il en faisait son affaire : un bon gueuleton et une jolie pépée devraient suffire.

Pour fignoler sa supercherie, il avait acheté un lot de CDV sur le Bon Coin. Il y en avait 107, les trois qu’il avait patiemment créés s’intégreraient parfaitement dans la série. Ça faisait plusieurs semaines qu’il y travaillait : il avait chiné du papier, l’avait vieilli avec du café et du thé, il avait même emprunté la vieille presse de son père pour écraser le bord des photos afin de leur donner la patine propre aux objets souvent manipulés. L’étape Photoshop n’avait été qu’une formalité. A force de filouter pour tout, il avait acquis une certaine maîtrise de la chose.

Comme tout le monde, il avait commencé au collège en imitant la signature de ses parents – celle de sa mère lui avait donné du fil à retordre parce qu’elle était vraiment emberlificotée, faite de pleins et de déliés (sa mère devait penser que ça faisait classe, que ça pouvait la faire passer pour quelqu’un de la haute). Il avait continué naturellement avec les bulletins de notes qu’il interceptait avant que ses parents ne rentrent du magasin – une chance, ils rentraient toujours tard – et il avait enchaîné, un poil au dessus, c’est vrai, avec les diplômes qu’il n’avait jamais obtenu, les fausses fiches de paye et les lettres de recommandation bidons.

Aujourd’hui, il s’attaquait à la crème de la crème : il voulait que la mère Weichgestein crache 100 000 balles pour qu’il ne révèle pas au journal local que sa soi-disant descendance noble était du flan. Et du très gros flan, en plus. Ça faisait des années qu’elle faisait croire à tout le monde dans la région qu’elle était la petite dernière de la famille de Moûtier, revenue après la guerre pour reprendre possession du château du même nom que les boches avaient annexé pendant trois ans. C’est son arrière grand-mère qui lui avait révélé le pot aux roses alors qu’il était tout petit. Tout le monde disait qu’elle yoyotait mais lui, il l’avait cru. La “grande dame” était en fait une des bonniches du château qui était restée dans les parages pendant toute la guerre. Et elle le savait bien, son arrière grand-mère, puisqu’elle aussi avait été bonniche chez ces gens-là. A l’époque, elle s’appelait Léontine Foussard et pas du tout Margaux de Moûtier.

Mais à la fin de la guerre, l’arrière grand-mère avait été tondue et elle avait définitivement perdu la boule. Après avoir donné naissance à sa seule et unique fille (la grand-mère de Christophe), elle avait été internée dans un établissement pour les gens comme elle. Sa mère l’emmenait parfois chez les dingues et c’est pendant ces moments-là qu’il avait appris toute l’histoire de la bouche-même de son aïeule. Il en était sûr, ces révélations allaient financer l’achat de son prochain bijou : une Porsche 911 Carrera S. Il lui resterait peut-être même de quoi gâter sa favorite du moment, une coiffeuse blonde platine qui s’appelait Paloma (Delphine en fait, mais il préférait Paloma).

Il allait falloir qu’il la joue fine. Cet empoté de Julius ne devait pas vendre la mèche en révélant qui lui avait donné les fameuses photos où on voyait la famille de Moûtier au grand complet avant la guerre. Julius était le seul maillon faible de son plan. Comment pouvait-il se passer de lui ? Il allait devoir réfléchir encore un peu. Qui peut attendre au dernier jour sera facilement le maître du monde, comme se plaisait à répéter sa folle dingue d’arrière grand-mère.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.