une flemme monumentale

Photo by Cris Saur on Unsplash

Je ne sais pas ce qui m’arrive mais depuis hier, je suis prise d’une flemme monumentale. Je me sens lourde, je n’ai envie de rien faire.

Pourtant j’ai un truc assez incroyable à vous raconter (je suis allée faire quelques jours de vélo et il m’est arrivé un truc gueudin – comme disent les d’jeunes des années 90 dont je fais partie). D’ailleurs, c’est peut-être ça qui bloque. C’est tellement fou que je peine à m’en remettre (bon j’exagère un peu). Mais y’a aussi qu’ici, l’air est étouffant. Je ne sais pas comment ça se passe chez vous mais là, j’ai l’impression de devoir soulever 1 tonne et demi de gras à chaque fois que je bouge le petit doigt (et on est bien d’accord que mon petit doigt n’est pas la partie la plus grasse de mon corps).

Du coup, vu que chez moi c’est lié, je me sens moyen moyen du côté de la tête.

Sinon, que se passe-t-il de nouveau dans ma vie ?

On m’a offert un boulot. Pour tout vous dire, je n’en cherchais pas mais alors, pas du tout. Ça fait longtemps que la perspective d’un travail salarié me fait fuir à toutes jambes. Sauf que là, ce n’est pas pareil.

D’abord, j’ai besoin d’argent – j’ai un divorce à payer ! Ensuite, c’est pour faire quelque chose que je n’ai jamais fait mais la fille qui me l’a proposé est persuadée que je dispose de toutes les compétences nécessaires… Bon. Et puis, ce n’est que pour 6 mois (et pas un jour de plus !), dans une petite équipe, avec des horaires mais pas trop et du télétravail.

Je ne vous raconte pas comment j’ai hésité d’autant plus que j’avais plus ou moins planifié d’aller cueillir des olives en Toscane à l’automne, dans une toute petite exploitation familiale bio qui presse avec des outils traditionnels. Ça doit pas être dégueu l’Italie en automne ?!

Finalement j’ai accepté. Je me suis dit qu’il valait sûrement mieux bosser pendant 6 mois avec un salaire qui me permettra de recharger un peu mes batteries financières (moins les frais du divorce – plus de 3000 euros) et pour faire quelque chose qui va sans doute me plaire et où je vais rencontrer plein de nouvelles personnes plutôt que de devoir prendre un job mal payé dans 3 ou 4 mois, par obligation.

Je vais donc rester 6 mois au même endroit. Enfin, pas tout à fait puisque je vais quand même garder des chèvres (les ovins, c’est la vie !!) vers Castres la deuxième quinzaine de juillet. Il se trouve que je m’étais engagée avant.

Partager cet article

2 réflexions sur « une flemme monumentale »

    • Alors non pas de pension (nous n’avons pas eu d’enfant) mais vu qu’il a décidé de divorcer alors que je n’ai plus aucun revenu ni logement, je pense qu’il ne fera pas l’économie d’une petite compensation financière (parce que hein, ce n’est pas très classe de sa part quand même). La négociation entre nos avocats va bientôt commencer.

      PS. au fait, merci pour tes derniers butinages et en particulier pour Nanan que je ne connaissais pas (un plaisir pour les oreilles et pour les yeux – rhooooo !!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.