d’entre les sombres

Ta voix venue de nulle part m’a plongée dans un abîme sans fond.

Ta voix, depuis 18 ans, n’a pas changé.

Tous mes “moi” se bousculent.

Moi, petite fille perdue, espérant jour après jour, mois après mois que tu serais là, que tu allais guérir, m’aimer, être à mes côtés.

Moi, adolescente, furie, pleine de colère, qui piaffe, qui refuse, qui t’en veux d’être toi, qui a honte et qui a peur, très très peur de devenir comme toi.

Moi, jeune adulte quasiment sans défense reproduisant le schéma une fois, deux fois, trop de fois. Y croyant, s’en voulant. Et décidant de te chasser de sa vie.

Et puis, il y a moi, maintenant, qui pense avoir réussi à se construire une vie encore bancale mais heureuse.

Et ta voix, maman, qui me fauche en un clin d’œil.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cet article

One thought on “d’entre les sombres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.