dans quel état j’erre

Photo by Roman Mager on Unsplash

Bon les ami.es, je suis toute perdue. Je sais : ce n’est pas très original. Mon errance concerne mes activités professionnelles et c’est plus rare que dans le domaine privé (où je m’égare régulièrement dans des marais insondables).

Cela fait quelques semaines que j’essaie de créer mon école en ligne et, même si je suis plutôt sûre de moi en ce qui concerne le contenu du premier cours que je suis en train de concevoir (vu qu’on est en plein dans mon domaine de compétences), je suis mécontente du rendu.

Et en particulier des vidéos. Il ne s’agit pas de vidéos où je parle devant la caméra. J’ai essayé mais ce n’est pas pour moi. Je me déteste en vidéo et l’idée de montrer ma bobine me met dans des états pas possibles. Ce n’est évidemment pas le cas quand j’ai de vraies personnes devant moi (je le fais depuis 20 ans et ça fait belle lurette – j’aime beaucoup cette expression – que ça ne m’émeut plus). La situation-même (parler à une caméra) me stresse au plus haut point. Du coup, je filme des powerpoint que je commente en voix off. Je trouve que la qualité des vidéos (la forme donc) ne rend pas hommage au contenu voire même le dessert (ah au fait, j’ai encore arrêté le sucre).

Bref, quand il s’agit de m’y mettre (quand je ne travaille pas en face à face, que je ne suis pas à Paris chez mon chéri, que mon cœur arrête de faire des siennes, que le jardin ne réclame pas mon intervention… et que je n’ai pas d’autre prétexte bien pratique pour repousser ce travail aux calendes grecques), vu que je n’aime pas le résultat de ce que je vais produire, je n’ai pas beaucoup d’enthousiasme et ça traîne en longueur… Je n’ai même pas encore fini le module 1.

Je suis face à un obstacle dans la progression de ma vie pro. Évidemment, je pourrais faire comme d’habitude c’est-à-dire prendre le temps et l’énergie de développer mes compétences pour pouvoir continuer à travailler seule mais cette fois-ci :

  1. j’ai envie de travailler avec quelqu’un d’autre.
  2. je n’ai pas le temps de tout faire

J’ai besoin de collaborer avec quelqu’un pour avancer et aussi pour profiter de cette émulation qu’on ne trouve qu’avec les autres personnes.

Alors voilà, je cherche la perle rare qui aura envie de travailler avec moi sur ce projet d’école en amenant ses idées, son énergie, ses compétences, sa bonne humeur, son temps… sans être assuré.e que nos efforts seront payants. Je ne veux pas engager un.e salarié.e – je n’en ai ni l’envie (la relation patron-employé.e ne me tente pas) ni les moyens. Je cherche une personne comme moi (un.e indépendant.e) qui aimerait se lancer dans la création d’une école en ligne. Et bien sûr, nous partagerions les galères mais aussi les gains de ce travail. Le premier cours (en cours (sic !) de création) vise à aider les étudiant.es et personnes en formation à apprendre mieux et plus rapidement tout en gérant leur stress. Mais ça peut changer en fonction de ce que la personne mettra dans notre besace commune.

Si ça vous intéresse, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 thoughts on “dans quel état j’erre

    1. marie 2.0 Post author

      Oui et alors si je me mets à faire des cours de maquillage, les fabricants de cosmétiques risquent de faire faillite.

      Reply
    1. marie 2.0 Post author

      Ou à 20 (ah non, je crois que ce n’est pas possible parce qu’il me semble que c’est 21 ans pour les présidents… en fait, chaipas !)

      Reply
  1. La parenthèse psy

    Effectivement, une voix off sur un support powerpoint est très bien ! Largement suffisant !
    Ton projet est super chouette en tout cas ! Une belle aventure. Je ne suis pas prof, donc je n’enseigne pas mais niveau stress, je suis déjà plus calée. Malheureusement, entre mon travail salarial, d’auto-entrepreneuse et le blog, j’ai peu de temps :(

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    Reply
    1. marie 2.0 Post author

      Bonjour Line,
      Ton blog est super. Il y a tellement de choses qu’on pourrait y passer des heures !!! Je suis psy aussi (mais pas clinicienne, neuropsy) et j’habite également en Bourgogne quoique plus à l’ouest (dans les deux sens du terme !). C’est bien dommage que tu manques de temps, ça me ferait vraiment plaisir d’échanger avec toi pour le côté pro mais pas seulement.
      PS. j’ai lu ton article sur les violences faites aux femmes ; j’ai été formée à l’accueil des femmes victimes et des auteurs de violences dans une autre vie. C’est un sujet qui me touche beaucoup et pas seulement parce que je suis une femme.

      Reply
    2. Cristophe

      Je suis d’accord avec « une voix off sur un support powerpoint est très bien ! Largement suffisant ! », sauf que j’enlève « powerpoint » pour ne pas faire de pub à l’entreprise qui le fournit. (Et si je devais faire des présentations, je les ferais avec du logiciel libre.)

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.